Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 19:57

Comme chacun d'entre nous, je ne pus échapper à une nouvelle piqûre avec rappel huit jours plus tard. Celle ci moins douloureuse que la première mais elle me mit sur le "flanc" pour vingt quatre heures.
Il y eut aussi la coupe de cheveux, comme on disait " la boule à zéro " ou presque. Une journée passa aussi à nous expliquer ce que l'on attendait de nous et à nous présenter à quelques uns de nos supérieurs.
La première semaine était passée, et dès la suivante nos deux instructeurs, qu'on devait appeler Brigadier, commencèrent à s'occuper sérieusement de nous. Les séances de marche au pas , petit trot , maniement d'armes, garde à vous repos, salut etc... étaient notre quotidien, avec toujours le "roquet" qui ne nous lâchait pas, et quand ça n'allait pas comme il voulait , c'était.
- Bien! cavaliers! Je vois que vous ne voulez pas comprendre! tout le monde  plat ventre et vingt pompes pour commencer! 
Puis à partir de la troisième semaine ce furent l petites manoeuvres dans les dunes à l'extérieur du camp dont une assez haute appelée " Le piton" où  nos deux mentors prenaient un malin plaisir à nous faire crapahuter et jouer à la petite guerre.
Les repas étaient pris sous forme de buffet , comme sur le bateau, servis par un gars avec une louche pour chaque plat dans nos deux gamelles en alu, un quart de vin au "bromure ". J'avais appris à quoi servait le bromure dans le vin, il parait que cela diminuait la libido. Moi j'évitais d'en boire car déjà je n'aimais pas trop le vin même sans bromure, alors avec encore moins, je l'échangeais de temps en temps contre un dessert ou le donnais tout simplement à mon voisin s'il aimait ça.
On prenait notre repas à des tables étroites assis sur des bancs inconfortables. On avait largement le temps de manger et , sans être byzanceje mangeais à ma faim. Pour ceux qui avaient les moyens, à un foyer bien achalandé, on pouvait aller boire une bière ou un soda, acheter des biscuits, chwing-gums et aussi des cigarettes, des enveloppes et papier à lettre etc... Pour ceux qui aimaient lire une bibliothèque fournissait des livres de toutes sortes. Ce n'était pas trop facile de lire, sauf de jour, mais  en hiver, la nuit tombe vite et dans la tente avec deux lampes de 60 watts qui s'éteignaient dès neuf heures, il restait peu de temps pour la lecture que j'essayais pourtant de pratiquer.



SUITE ... Page 60

Il y avait aussi le dimanche mais on jouait au foot , ou au basket et cela nous occupait des heures entières.
Je trouvais aussi que nos deux brigadiers étaient plutôt zélés et durs pour nous.Le moindre manquement à la discipline était aussitôt sanctionné. On ne coupait pas à la revue de détail, lit au carré, et le ratissage du sable . La principale menace individuelle était la corvée de "chiottes" de poubelles etc.. et surtout les "pompes". (Les pompes consistaient à nous faire mettre à plat ventre au sol et de se soulever par la force des bras, en restant jambes tendues sur la pointe des pieds ) C'était dix, vingt ou trente pompes ou plus pour un oui ou pour un non. Aussi en général il n'y avait que peu d'infractions et même les plus coriaces filaient doux.
Pendant cette période il m'arriva un certains nombre de faits inattendus, venant pimenter un peu ce triste embrigadement.Pour moi qui avait connu l'internat, bien sur dans d'autres conditions, cette vie ne me posait pas trop de problèmes. J'étais plutôt sociable, mais ne me liais pas trop au delà du copinage, gardant mes distances en général avec qui que ce soit.
J'avais l'habitude de mettre toujours mes mains dans mes poches de pantalon, et un jour le brigadier "le roquet" toujours m'obligea à les coudre pour le reste de la journée. C'est dire le zèle de ces gars là, qui étaient des appelés comme nous, mais qui se faisaient un malin plaisir à nous humilier devant les autres.
Un autre jour, un dimanche, j'étais parti au bord de la mer. J'étais seul. J'aimais cet endroit qui n'était pas une plage .


Page 61

Mais un bord de mer pas du tout escarpé, mais rocheux et caillouteux. De petits crabes couraient par dizaines et un pâle soleil qui se reflétait sur la mer donnait à ce paysage de carte postale, une jolie lumière, et une douceur de l'air très agréable pour la saison. J'allais remonter écrire à Camille quand les hauts parleurs, disséminés dans les pins le long de l'avenue, se mirent  grésiller et une voix annonça.
Le cavalier Jean Gorges est demandé et doit se présenter au poste de garde , je répète......!
J'accélérais le pas, le brigadier qui avait été prévenu descendait l'avenue en courant, on lui avait sans doute dit que j'étais là.
- Alors Georges qu'est ce que tu fous, quelqu'un te demande à l'entrée, magne toi un peu et arrange toi, ce n'est pas un civil qui te demande mais une huile et une lourde.
Je ne compris rien sur le coup, mais me grouillais. J'arrivais à la grille de l'entrée un peu essoufflé, le chef de poste m'attendait au milieu de la route. Je saluais au garde à vous et le gradé me dit.
- Cavalier Georges c'est vous.
- Oui Maréchal des logis !
- Repos, suivez moi! on vous demande dehors, vous en avez mis du temps.!
Ce vouvoiement inattendu me surprit un peu, mais je franchis la porte pour la première fois dans le sens de la sortie, et le chef de poste se figea au garde à vous en claquant les talons et saluant à six pas un officier qui descendait d'une 203 Peugeot rutilante que je venais d'apercevoir. J'y allais de mon humble salut au garde à vous, pendant que le sous officier annonçait .

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : le blog de Jean Georges
  • le blog de Jean Georges
  • : Ecriture des " Mémoires d'un spahi" Actualités, peepole, humour, liberté, photos liberté
  • Contact

Profil

  • Jean Georges
  • Je suis un retraité...veinard, j'aime la vie, les voyages au soleil, le Saint Emilion, la littérature (18 et 19°), mafemme Camille  je suis fan invétéré de San Antonio ( alias Frédéric Dard) j'aime aussi internet, les blogs, etc...
  • Je suis un retraité...veinard, j'aime la vie, les voyages au soleil, le Saint Emilion, la littérature (18 et 19°), mafemme Camille je suis fan invétéré de San Antonio ( alias Frédéric Dard) j'aime aussi internet, les blogs, etc...

Recherche