Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 22:34

LE BLOG DE JEAN-FRANCOIS KAHN

Sarko : mais pourquoi cette chute ?



Si j’en crois les derniers sondages, les intentions de vote en faveur de l’UMP reculent fortement et celles en faveur du PS progressent (30% pour le PS contre 29% pour l’UMP prévoit même une enquête CSA) et l’Alsace, comme la Corse, passeraient à gauche. Détail croustillant : ce sont les électeurs âgés de 65 à 74 ans, c’est à dire ceux qui avaient de 22 à 33 ans en 1968 qui voteraient le plus à gauche, la droite n’obtenant un bon score (38%) que chez les plus de 75 ans.

Or, regardons les choses froidement : Sarkozy s’est plutôt calmé ces dernières semaines…. moins vindicatif, moins compulsif, et il n’a ni commis de grosses boulettes ni tenu de propos scandaleux. A l’évidence, il marche sur des œufs et multiplie les gestes en direction des Français les plus réticents à son endroit (dire, comme Martine Aubry, « Sarkozy méprise les agriculteurs  », tout simplement par ce qu’il se rend au salon de l’agriculture en clôture et non en ouverture est absurde. Aucun homme politique, par définition, surtout s’il est populiste et bonapartiste, ne méprise les agriculteurs !). Alors pourquoi cette dégringolade dans l’opinion qui annonce sans doute une très, très sévère défaite aux régionales ?
Pour quatre raisons me semble-t-il.

1) Le décalage entre le discours sarkozyste, ultra volontariste, narcissique – « je dis, je veux, je décide, je promets » - et la réalité (ainsi l’annonce d’une baisse du chômage alors qu’il continue de progresser ou l’échec en matière de sécurité malgré une rhétorique ultra sécuritaire), ce divorce, donc, entre le « dire » et le « faire », entre les fanfaronnades au sommet et les perceptions à la base, entre les fanfares élyséennes et les fausses notes d’une vie quotidienne de plus en plus atonale, a fini par décrédibiliser presque totalement la communication présidentielle. Même quand Sarkozy dit vrai ou juste ça ne passe plus. On n’y croit pas.

2) Cette distorsion est aggravée par l’abus de mensonges par un homme, finalement cynique, qui ne pense nullement que le professionnalisme politique implique le parler vrai, qui pense même exactement le contraire. D’où sa phrase en Conseil des ministres : « faites moi du gros rouge qui tâche ». Hier, à la télévision, il annonçait qu’il ne s’engagerait pas personnellement dans les élections régionales, parce que « ce n’était pas le rôle d’un président de tous les Français ». En fonction de quoi, il a multiplié les déplacements pour soutenir les candidats UMP et, ce matin même, il reçoit à l’Elysée les têtes de liste en Ile de France pour les « recadrer », ce qui eut été inconcevable sous De Gaulle, Pompidou, Giscard ou Mitterrand. Résultat : sa « parole » s’en trouve de plus en plus dévaluée.

3)   En étant omniprésent – chaque jour une intervention « forte », une initiative « forte », un discours « fort », une annonce « forte »- en saturant les médias, en se mettant en avant à propos de tout, en s’imposant sur toutes les photos, en se projetant sur tous les événements, y compris les faits divers, en faisant sauter tous les intermédiaires, Sarkozy a fini par polariser sur lui tous les sujets de mécontentement et à faire de sa personne obsédante, ici un objet de culte, mais là, surtout, un objet d’exécration, et même d’irrationnelle répulsion.

4)   Durant la première année de sa présidence, Sarkozy a multiplié les « réformes », comme disent ses partisans, souvent contestables (du moins nous en approuvâmes quelques unes et en contestâmes beaucoup) mais qui correspondaient à ses promesses électorales. Il était donc démocratiquement légitime qu’il les mette en œuvre. Or, après la crise de septembre 2008, elles s’avérèrent inadéquates et dangereuses. Il aurait pu, et du, alors, non pas mais se renier, expliquer que des conditions radicalement nouvelles nécessitaient de remettre en cause certaines décisions qui, justes au départ (selon lui) risquaient de devenir calamiteuses à cause de la crise. Par pur amour propre il se l’est interdit. Il le paye aujourd’hui, et risque électoralement de la payer très cher.

com: J'avais des choses à dire sur cette démonstration de journalisme., mais taper avec la souris c'est pas facile. JG.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article

commentaires

Jean Georges 06/03/2010 18:49



Bonjour Metextof
Le prétorien effectivement n'est pas un soldat de l'an II , ce serait plutôt du genre " la légion saute sur Kolvésy" à la gloire d'un César imaginaire.
Bref t'inquiete pas j'ai des moyens de me défendre.
J'ai été un peu absent des blogs, j'ai eu problème de clavier . Bonne soirée JG. 



Le Prétorien 06/03/2010 08:23


Une simple réflexion qui n'a pas l'air de vous effleurer .Qu'elle est le rapport de ces subventions avec les Franciliens?


Metextoff 05/03/2010 23:27


Salut Jean George !
Je passe juste pour te saluer en te souhaitant du courage avec le prétorien . Qui ne prête à rien d'ailleurs (voir définition) et qui est certainement un soldat vu que cela désigne la garde de
l'empereur .Enfin il faut avouer qu'il n'a pas tout à fait tord dans ce qu'il dit , même si ces convictions sont à l'opposé  des tiennes ...
Il semble coriace , arrivera tu à t'en défaire ?  (lol)


Jean Georges 05/03/2010 22:46



Pretorien,
Bien! là tu racle les fonds de tiroirs,  toutes ces broutilles de  subventions pour des associations qui selon toi sont des suppots de satan, ce ne sont  que quelques petits sous
par rapport à des banquiers et des patrons voyoux, d'un Président qui dépense en quelques heures en voyages inutiles des sommes dont tu n'as même pas idée.
Ce colportage de raclures de fonds de chiott dénote de ta part un racisme maladif, qui est hélas une maladie incurable dont  personne ne peut te guérir. La souffrance intellectuelle à ce
point ne peut  laisser dans ton esprit que des séquelles qui , généralement conduise le malade en asile psychiatrique.
Ah j'oubliais! si tu continue à m'emmerder je te met un petit papier sur les comportemens de Le Pen en Algérie vers la fin des années 50 , moi j'y étais aussi mais on ne jouait pas
dans la même cour ( moi j'y étais contraint et forcé) alors que pour lui ce fut un plaisir, si tu vois ce que je veux dire. JG.  



Le Prétorien 05/03/2010 21:40


Revenons au sujet qui vous gene,ainsi les contribuables franciliens comme vous Jean George,seront contents d’apprendre que leur argent sert à financer
des associations communautaires, contenant bien souvent très peu d’adhérents, et n’apportant bien souvent absolument rien dans le domaine associatif.

Ainsi, le Conseil Régional d’Ile de France a accordé les subventions suivantes :
- 20 000 € pour « l’Algérie à la Goutte d’or » ;
- 20 000 € pour le projet « France / Europe – migrations, identités, citoyenneté » ;
- 18 000 € pour l’Association des Marocains de France et ses projets : « Caravane de la mémoire vive » et « Découverte de la citoyenneté européenne » ;
- 15 000 € pour « Banlieue en héritages – Valorisation des mémoires, des cultures, des identités » ;
- 12 000 € pour l’ « Accueil et solidarité avec les personnes migrantes » ;
- 6 000 € pour l’action « Participation citoyenne et solidaire des femmes », au profit de la « Maison des femmes de Paris », afin de lutter entre autre « contre l’oppression spécifique des
lesbiennes » ;
- 20 000 € pour l’« Association pour la promotion des études sur le judaïsme d’Orient et des Balkans » pour « l’établissement d’un dialogue judéo-musulman » ;
- 20 000 € pour les « Premières Assises de la Lutte contre les préjugés » menées par l’Union des Étudiants Juifs de France.


Je vous  signale  que denombreuxcitoyens,contrairement à vous sont révoltés par l’utilisation qui est faite de leurs
impôts, et demanderont alors des comptes à leurs élus sur l’attribution de subventions s’apparentant fortement à du clientélisme électoral.



Présentation

  • : le blog de Jean Georges
  • le blog de Jean Georges
  • : Ecriture des " Mémoires d'un spahi" Actualités, peepole, humour, liberté, photos liberté
  • Contact

Profil

  • Jean Georges
  • Je suis un retraité...veinard, j'aime la vie, les voyages au soleil, le Saint Emilion, la littérature (18 et 19°), mafemme Camille  je suis fan invétéré de San Antonio ( alias Frédéric Dard) j'aime aussi internet, les blogs, etc...
  • Je suis un retraité...veinard, j'aime la vie, les voyages au soleil, le Saint Emilion, la littérature (18 et 19°), mafemme Camille je suis fan invétéré de San Antonio ( alias Frédéric Dard) j'aime aussi internet, les blogs, etc...

Recherche