Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 16:22
(JPEG)

- 1936. Ils ont osé, ils ont gagné. Histoire des grèves en Seine Inférieur

 

 


 

La sociale démocratie agonise.

 

Je viens de lire un article sur médiapart, émanant du maire socialiste de Thionville, Bertrand Mertz, et par ailleurs  conseiller  national au parti socialiste. - Article très long à lire sur Médiapart.

 

Article très fouillé mais je le trouve un peu trop «  philosophique «  ne dénonçant  que les méfaits de la crise et l’incapacité de proposer des solutions pour y remedier. Ce monsieur brosse un passé historique du parti socialiste, s’appropriant la plupart des avancées sociales  du front populaire de 1936 alors que c’est Maurice Thorez  qui en fut l’instigateur, et même si Blum  ‘ SFIO)  (socialiste) fut président du conseil en 1946, sans les communistes très puissants à ce moment là et certains radicaux, il n’aurait en aucun cas put conduire un gouvernement de gauche D’ailleurs l’histoire se répéta en 1981 car Tonton Miterrand, sans les cocos n’avait aucune chance.

Il est inutile ici de rappeler les fondamenteaux de ce parti  qui ont toujours été très volatiles ( rappelons que  Léon Blum refusa en 1936 d’ apporter son soutien militaire aux Républicains Espagnols) s’accomodant  facilement de telle ou telle situation, ne se mettant que très rarement en première ligne, ( La résistance en 1941 fut initiée surtout par les communistes), baissant son pantalon à la première manif de droite à Versailles (  ex : sur la loi sur l’école laïque)   qui , je le rappelle faisait partie des 100 propositions de Mitterand.

De fait le modèle socialiste n’éxiste pas, ce parti s’est bati de bric et broc, n’a obtenu le pouvoir en 81 que par des tractations de salons d’après minuit, sur une hypothétique union de la gauche qui  certes à gagné les élections mais très rapidement j’étais bien obligé de m’apercevoir qu’aux discours de certains élus avec l’étiquette socialiste, la gauche était mal partie. Et bizarrement le déclin inexorable du parti communiste, voulu et espéré par le Parti socialiste leur a fait perdre la présidentielle de 2002 et de plus a permis au Front national d’être au 2° tour.

Bien sûr moi aussi j’ai voté socialiste , non pas contraint et forcé, mais ma naïveté et les changement dans notre société,  m’avaient donné à penser que finalement  je pouvais continuer à me battre avec ces armes là. Ceci dit je n'ai pas trop regretté. 

Que faire aujourd’hui ? J’avoue que je ne sais pas trop. Je me dis que mes vieux os n’ont que peu de chance de revoir la vrai gauche au pouvoir, mais pour mes enfants j'aurais aimé voir autres chose que ces pourfendeurs de la République française et de nos lois sociales si chèrement gagnées.

Ce que j’attends c’est un programme de société pour nos enfants, ce que je souhaite c’est du boulot pour les jeunes, ce qu’il faudra dans un programme de gouvernement , c’est comme l’a dit Ségolène Royal remettre la retraite à 60 ans pour tous, voire à 58 pour les métiers penibles, C’est une refonte compléte de l’école publique et laïque en la séparant des écoles privées ,(source de zizanies)  financées uniquement par le privé. Je suis furieux de savoir qu’une partie de mes impots financent l’éducation souvent religieuse des chères têtes blondes de parents voulant péter plus haut que leur cul et craignant que leur cancres deviennent des gauchos, car pour eux, l’éducation nationale c’est tous des communistes.

C’est la nationalisation de toutes les entreprises du Cac 40,et des grosses banques, c’est la taxation des denrées de première necessité, une forte imposition des profits du capital C’est tout de suite une application stricte des accords du Grenelle environnement. C’est la remise au placard de la loi sur l’aménagement du territoire.

C’est la remise en vigueur du service national,

Supression de toutes les lois tordues comme  Hadopi,  l’immigration, la tva des restos , la nationalité, le stop aux radars et aménagement des tolérances de vitesse, C’est un refonte complete de la sécurité sociale et des moyens de santé et de soins, ( Hopitaux, cliniques) C’est un vaste programme de promotions pour les métiers de la médecine ( généralistes et spécialistes ). Un RDV avec un ophtalmo demande souvent plus de 6 mois d’attente.

C’est aussi un retrait définitif de nos troupes d’Afghanistan,

C’est aussi l’obligation des grandes surfaces d’accepter ( de gré ou de force) de payer les produits de l’agriculture a un prix décents ( lait, viande, pommes etc…)

Cette liste n’est pas exhaustive , hélas et j’espère que ce qui reste d’opposition a ces guignols soit en mesure d’ élaborer un programme ressemblant à cela.

Point n’est necessaire pour cela de pérorer sur le PS qui, bien éviemment est moribond, mais il l’était aussi au début des années 60 et pas plus reluisant que cela en 1970, ce parti   est battu à plate couture  par l’egocentrisme de certains éléphants, par l'emergence de jeunes dandys ( vals, Montebourg etc..) qui se voient déjà aux affaires, par une caste nordique qui a réussi en trichant à poser Aubry dans le fauteuil de premier sécrétaire.  Ensuite l’anesthésie médiatique, d’un pouvoir diabolique qui a tout endigué, a fait le reste à savoir, la main mise sur tous les rouages de l'Etat et des médias, la collusion avec les coquins du Fouquet's, et les grosses pointures du CAC 40. La boucle est bouclée ce sera très difficile de renverser la situation. JG.

 

La situation salariale en France  et son éolution en 30 ans.

 Quelques chiffres suffisent à décrire l'évolution de la situation du salariat, en France, pendant les trente dernières années. Ces chiffres illustrent la régression sociale en cours. En 1982, salariés et chômeurs représentaient 84% de la population active et se partageaient 66,5% de la richesse, selon les chiffres de la Commission européenne. Ils constituent aujourd'hui 92% des actifs, mais ne perçoivent plus que 57% des richesses. La part des travailleurs dans la répartition de la richesse s'est réduite, et en outre elle est divisée entre un plus grand nombre de salariés. Pourtant, depuis 1982, la richesse créée par actif a augmenté de 30%. Que s'est-il donc passé? La réponse est simple: les gains de productivité réalisés par le travail ont été accaparés par le capital! La part du travail dans la répartition de la richesse créée est passée de 74,08% pour les années 1974-1984 à 67,54% pour les années 1997-2007.

 

Ci-dessous quelques phrases que les jeunes des banlieue du 9 – 3 et d’ailleurs ont beaucoup de mal à comprendre :

 Les socialistes français «partisans d'une économie sociale et écologique de marché, une économie de marché régulée par la puissance publique, ainsi que par les partenaires sociaux, qui a pour finalité la satisfaction des besoins sociaux essentiels. Le système voulu par les socialistes est une économie mixte, combinant un secteur privé dynamique, un secteur public efficace, des services publics de qualité accessibles à tous, un tiers-secteur d'économie sociale et solidaire.»

Et d'ajouter «que certains biens et services ne doivent pas relever du fonctionnement du marché quand ils concernent les droits essentiels. Ils font de la création et de la redistribution des richesses un enjeu majeur de l'action politique.» ( blabla de bertrand Mertz maire socialiste de Thionville) ce gars là sort forcément du sérail de l'ENA


Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article

commentaires

Jean Georges 04/10/2010 18:06



Salut Fred,


Non je ne peux dire que c'est du désespoir mais une désesperance molle, à l'image des français aujourd'hui et surtout de cette opposition passive qui n'a que du blabla à nous servir.


La socièté plus juste , même si j'en rève, et je ne dois pas être le seul,  selon toi l'envie d'une vrai justice est une utopie , c'est sûrement vrai , mais on peut rever d'une amélioration,
d'un juste milieu, sans cela aucune démocratie n'est possible. JG.



Le Mousquetaire des MotsMerco de ta réponse. J'u cours 04/10/2010 07:53



Bpnjour Jean-Georges,


Tu résumes toutes les aspirations de nombre d'individus. C'est un coup de gueule où je sens le désespoir qui t'habite. En fait, tu rêves d'une société plus
juste (tu as raison), mais tu sais que, partie comme elle est dans l'affairisme financier mondialisé, ce rêve ne se réalisera pas. Tu le formules sans ambiguïté. Tu penses aux générations futures
(nous sommes au moins deux), seulement voilà, c'est aux antipodes des aspirations politiques actuelles puisque tout ce qu'ils veulent c'est s'acoquiner avec la finance et en tirer profit. Qu'on
le veuille ou non, et quoiqu'on en dise, la mondialisation et l'immoralité ne sont pas inéluctables : il suffit non pas de rentrer dans ses frontières, mais de repenser le fonctionnement de la
société. Mais ça, c'est une autre paire de manches tout simplement parce que la prospective est menée à bout de nez et que l'ultralibéralisme n'a plus de contre-exemple. Libéralisme oui,
ultralibéralisme, non ! Ils sont où les penseurs ?



Présentation

  • : le blog de Jean Georges
  • le blog de Jean Georges
  • : Ecriture des " Mémoires d'un spahi" Actualités, peepole, humour, liberté, photos liberté
  • Contact

Profil

  • Jean Georges
  • Je suis un retraité...veinard, j'aime la vie, les voyages au soleil, le Saint Emilion, la littérature (18 et 19°), mafemme Camille  je suis fan invétéré de San Antonio ( alias Frédéric Dard) j'aime aussi internet, les blogs, etc...
  • Je suis un retraité...veinard, j'aime la vie, les voyages au soleil, le Saint Emilion, la littérature (18 et 19°), mafemme Camille je suis fan invétéré de San Antonio ( alias Frédéric Dard) j'aime aussi internet, les blogs, etc...

Recherche