Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 21:00
- Ben! non! Tu ne sais pâs lire?
Je me mis à lire tout le blablabla! du début qui en gros disait ceci < Vous faites partie du contingent de la classe 57-2-B > et plus loin << Vous devez vous présenter, le 6 Novembre 1957 à la gare de Bordeaux muni de ce document qui vous servira de titre de transport etc>>... ! Puis presque en bas de la feuille de route je continuais ma lecture  << Vous serez incorporé au centre d'instruction de l'armée blindée et cavalerie à Hussein Dey, sans autre spécification sauf la signature du ministre de l'intérieur : François Mitterand - déjà lui-( et non celle du ministre des armées comme cela aurait dû être le cas) et regardant Simon.
- Tu sais où c'est toi Hussein Dey? c'est en Allemagne non? ( Beaucoup de conscrits étaient incorporés en Allemagne pour faire leurs classes)
Simon, sans relever la tête répondit .
- Ca m'étonnerait un nom de bled pareil, tu parles ! il y a encore quelques temps ils les envoyaient en Allemagne ou en France pour faire leurs classes , mais depuis le début de l'année il y en a de plus en plus qui partent là-bas directement, même pas le temps de s'habituer, et me voyant un peu pâle en me regardant cette fois il me dit.
- Fais pas l'innocent, tu sais très bien que c'est en Algérie, j'ai une carte ici tiens regarde c'est ici on voit pas trop bien mais bon.
La carte je la voyais pas, je sentais mes jambes se dérober, et m'appuyant au guichet, je réussis à rester debout, Simon l'index sur une ligne de côte sans me regarder me dit .
- Tiens tu vois c'est ici, prés d'Alger, une chance déjà c'est pas dans le bled.
Je refaisais un peu surface , quand Simon me regarda enfin et s'affola un peu.
- Putain! Mais t'es tout blanc, tu ne vas pas tomber dans les pommes non! Denise! Denise! apporte la bouteille de gnôle et un verre, Jean ça ne va pas.
Denise était l'épouse de Simon, elle arriva en courant avec la bouteille, Simon était sorti de derrière son comptoir et me tenant l'épaule, me donna un fond de verre d'alcool. Je n'étais pas du tout amateur de ce genre de boisson, mais cela me redonna quelques couleurs. Je profitai de mon passage à la poste pour placer mon pécule, sur les conseils éclairés de Simon, sur un bon du trésor que j'étais certain de retrouver à mon retour . J'en laissai un peu aux parents pour qu'ils m'en envoient quand je serais là-bas. Je repassais par Saint Jouin pour rester quelques jours avec Camille, préparer ma petite valise et le 6 novembre 1957, tôt le matin, Roger le frère de Camille me conduisit en moto à la gare d'Airvault
Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 11:56
Quelqu'un pourrait-il me dire pourquoi certaines photos disparaissent de mon blog. cela fait la deuxième en 15 jours.
Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 21:18
Bref! Avec Camille nous rentrâmes en stop jusqu'à Chatellerault, et dûmes finir en taxi pour finir d'arriver chez elle. Je reparti travailler le lendemain en train à Champdeniers.




                                   Chapitre 2

                                  Classe 57-2-B



Vers le 20 octobre les classes maternelles étaient terminées et nous posions la charpente des classes primaires, quand Zozo arriva en courant en bas sur le plancher en criant .
- Chef! Chef! Le facteur apporte lettre pour toi!!
Je me doutais un peu de ce dont il s'agissait, c'était bien le facteur de Saint pardoux ( mon lieux de naissance en Corrèze) qui m'écrivait par lettre recommandée, que ma feuille de route était arrivée. Je devais rejoindre la gare de Bordeaux le 6 Novembre avant 12 heures, et qu'il fallait que je passe à la poste, car il n'y avait qu'à moi qu'il pouvait la donner.
Je dus mettre rapidement le chantier en ordre , passer les consignes à Luigi, qui me semblait le plus apte à poursuivre le chantier en attendant mon remplaçant. J'appelais mon patron, lui réclamais mon solde de tout compte et je lui renvoyais tous les documents . Je reçus vingt quatre heures plus tard mon compte par mandat télégraphique représentant , mes salaires , congés payés, et une belle prime, ce qui faisait une belle somme.
J'arrivais en Corrèze le 25 octobre et filais à la poste chercher ma feuille de route .Le facteur Simon , qui était un cousin, était toujours là vers Midi, me donna le document contre une signature sur un registre. Son air un peu ému, feigant l'indifférence en regardant sous son comptoir pour prendre un dossier dont il n'avait nul besoin, ne me rassura pas. En décachetant l'enveloppe je m'entendis murmurer:
- Tu sais où je suis affecté?

                                                                       P.10
Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 21:15
étalés sur la table,
Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 18:41
ma prose je vous propose quelques photos de Cepes.
Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 11:11
Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 21:23

Je crois que sa femme avait de la fortune car une paye de maçon ne permettait pas cette fantaisie. Il y avait toujours Roger qui passait toujours un peu inaperçu mais faisait son travail. C'est moi qui avait insisté pour embaucher le père Bernard, à 62 ans il était encore solide et avait besoin de travailler. L'entreprise pour laquelle nous travaillions avait décroché un contrat pour construire des écoles publiques en semi-préfabriqué dans plusieurs communes du département des Deux Sevres, où a cette époque les écoles privées catholiques étaient présentes dans la plupart des villages et "taillaient des croupières" aux écoles publiques parce que les instituteurs enseignaient dans des locaux datant du début du siècle, ou pire. Certaines communes ne possédaient même pas d'école laique nous en avions construit dans plusieurs villages dont Frontenay Rohan Rohan et La foye Montjault  dans le sud et aussi d'autres dans le nord du département comme à Irais, Tessoniere,Saint Jean de Thouars, Missé sur Thouet etc...Mais celle où je travaillais à Champdeniers était la plus importante avec trois classes primaires et logement au dessus, et deux classes maternelles avec logements aussi. Ce groupe scolaire était situé à la sortie du village sur la route de Secondigny, juste en face d'un garage Citroën . Pour la petite histoire le fils du patron était devenu un copain et m'avait baladé certains soirs d'été dans une super Traction 15 six por aller boire un verre ou trainer à Niort ou à Parthenay.
Je dois revenir un peu sur le père Bernard, car il avait d'excellentes connaissances en mécanique et trés bricoleur, il répara plusieurs fois la vieille bétonnière, le treuil, les brouettes cassées avec son poste à soudure personnel. Il n'y avait pas son pareil pour nettoyer les planches à coffrage, affuter un outil etc...C'est d'ailleurs lui qui m'avait appris à conduire dans les débuts de cette année 1957.

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 21:10

Ici l'auteur, en transit au PC du 5° régiment de spahis algériens a Aumale ( kabylie) en fevrier 1958. Vous avez dit bizarre!

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
6 avril 2008 7 06 /04 /avril /2008 23:47
Elle est connue mais je ne l'ai jamais ecrite, ce n'est pas pareil que la raconter, voilà:

Cela se passe au Sénégal juste à la frontière avec la Mauritanie.
les douaniers viennent d'arrêter une voiture Audi quatro,avec cinq français a bord, ils sont deux a tourner autour quand l'un d'eux s'approche du conducteur:
- vous avez les papiers du véhicule là?
Le chauffeur qui a baissé sa vitre lui tend la carte grise, le douanier consulte son collègue et lui dit
- Tu as vu c'est une Audi quatro!
- Et alors fait l'autre, tu crois que c'est une voiture volée?
- Non Non! mais il y a un problème , c'est une Audi quatro et ils sont cinq la dedans!
Les autres dans la voitures, commencent a se demander ce qui se passe, quand le douanier qui a les papiers en main dit s'adressant au chauffeur.
- Pourquoi vous êtes cinq la dedans c'est une voiture quatro donc quatre places!!
Le chauffeur tente d'expliquer que c'est une quatre roues motrices mais que c'est bien une cinq places, Bref! Au bout de dix minutes le chauffeur demande.
- Nous sommes des touristes, on est en règle, appelez moi votre supérieur!
- Non monsieur on ne peut pas le déranger, parce que justement il a arrété une Fiat Uno et il sont deux dedans!!!!!
Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
6 avril 2008 7 06 /04 /avril /2008 23:11
Gino, Folco, Zozo et moi-même, logions en pension complète, à l'hotel restaurant des sports , notre patron chaque fin de mois payait les factures, ce qui me permettait de mettre une bonne partie de ma paye à la caisse d'épargne, et pour les autres d'envoyer de l'argent à leur famille.
Nous étions parfaitement logés et nourris, la patronne , madame Mainard, la cinquantaine, grande, solide, toujours coiffée d'un chignon grisonnant qui lui donnait un air sévère qu'elle ne méritait pas. C'était plutôt une vraie mère poule , toujours aux petits soins. Cette femme s'occupait de nous comme si nous avions été ses enfants. Si l'un de nous mangeait pas ou s'il restait du fricot dans le plat elle disait.
- C'est pas bon ma cuisine? Et alors Jean vous n'êtes pas malade au moins! Allez Gino finissez ça! Et toi Zozo tu as besoin de grossir un peu, faut manger!
Avant de repartir ou le soir elle s'inquietait à nouveau.
- Demain qu'est ce qui vous ferait plaisir à manger?
Tout cela toujours propre , soigné, nos chambres parfaitement faites tous les jours, bref! L'idéal pour nous qui, l'un comme l'autre sortions à peine de notre misère.
Nous avions embauché je l'ai déjà dit, trois personnes, un maçon André qui venait travailler en voiture , une Dauphine toute neuve, une des petites voitures dernier cri de l'époque
Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article

Présentation

  • : le blog de Jean Georges
  • le blog de Jean Georges
  • : Ecriture des " Mémoires d'un spahi" Actualités, peepole, humour, liberté, photos liberté
  • Contact

Profil

  • Jean Georges
  • Je suis un retraité...veinard, j'aime la vie, les voyages au soleil, le Saint Emilion, la littérature (18 et 19°), mafemme Camille  je suis fan invétéré de San Antonio ( alias Frédéric Dard) j'aime aussi internet, les blogs, etc...
  • Je suis un retraité...veinard, j'aime la vie, les voyages au soleil, le Saint Emilion, la littérature (18 et 19°), mafemme Camille je suis fan invétéré de San Antonio ( alias Frédéric Dard) j'aime aussi internet, les blogs, etc...

Recherche