Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 23:58
ses précédents votes
 

Le sénat a annulé mercredi soir plusieurs mesures qu'elle avait voté dans le cadre du projet de budget 2009 portant notamment sur les frais funéraires et les passeports, sur injonction du gouvernement qui a demandé une deuxième délibération sur ces articles.

A la fin de l'examen de la première partie du projet de loi de Finances (PLF), le ministre du Budget a demandé aux sénateurs de revoter sur huit dispositions précédemment adoptées les jugeant inadéquates. Il a demandé un seul vote global sur tous les articles concernés.

Dans un hémicycle quasi désert la majorité sénatoriale est ainsi revenue sur l'augmentation du montant des frais funéraires déductibles, passant de 1.500 euros à 3.900 euros qui avait été votée. Elle a aussi annulé une réduction de 10 euros du prix des passeports, qui va par ailleurs fortement augmenter, pour ceux qui fourniront les deux photographies d'identité demandées au lieu de les faire en mairie.

Ces deux amendements avaient été présentés par le groupe socialiste. Les modulations à la baisse de taxes locales sur les déchets ont été aussi annulées.

"Ces dispositions n'ont pas un rôle central dans les apports du Sénat" a justifié le rapporteur général du Budget, Philippe Marini (UMP) qui a soutenu le gouvernement au nom de la commission des Finances.

Seule Nathalie Goulet (Union Centriste) a exprimé son "désaccord sur cette pratique" "dommageable pour notre travail et les droits du parlement".


Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 22:14

.c'est J.Georges  sur la terrase du centre

 

vue depuis la terrasse

 le restaurant
Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 23:42

Il ne rentrait pas souvent au bureau, le sous-lieutenant, mais lorsqu'il y était contraint, j'étais obligé de me mettre au garde à vous avec les autres. Il ne s'adressait plus qu'au Major mais moi je l'ignorais complètement . Le major était un peu embêté de cette situation, mais je lui avais dit que d'il me faisait des excuses devant lui je reviendrai peut-être à de meilleurs sentiments. Il demanda un jour au major de s'excuser auprès de moi, je lui fis répondre qu'il fasse ses commissions lui même, mais il ne daigna jamais s'abaisser jusque là.

Début mai j'étais un peu fatigué, comme on dit mal foutu, les grosses chaleurs, les nombreuses heures de garde et le manque de sommeil ajoutées à la mauvaises nourriture me donnaient souvent des gastrites,  et aussi des crises de palu, malgré mes prises quotidiennes de " Nivaquine".

Aussi, le capitaine qui devait proposer un homme pour le centre de repos interarmées à Alger me convoqua dans son bureau et me dit.

- Quelques jours de repos à Alger te feraient plaisir?

 C'était demander à un malade s'il veut guérir, naturellement je lui dis encore une fois que d'autres spahis étaient bien plus méritants que moi, mais avec lui ce qui était dit était dit.

Je partis donc deux semaines à Alger.C'était un centre de repos de la "Fondation de France", et arrivé sur place je trouvais que ma bonne étoile me suivait toujours. Cet établissement très sélect était situé sur la grande rue qui longeait les quais sur la partie est de la ville . Depuis la salle de restaurant on voyait la mer toute proche et le port vers l'ouest que l'on devinait grâce aux nombreux bateaux amarrés le long des quais. Vers le sud ouest et les coteaux, la ville blanche s'étirait sous le soleil jusqu'à El Biar et  Beni Messous où j'avais appris à taper à la machine 18 mois plutôt.

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 23:13

Cela me turlupina le restant de la journée mais le stress, qui s'en suivit , le travail du bureau m'empêchait de me souvenir de tous les détails de cette histoire. Le soir je mangeaisun bout en vitesse et revint au bureau fouiller dans mon classeur. Je ne mis pas très longtemps à retrouver le double de ma copie et je me souvins tout d'un coup de la subtilité et comparais avec ma liste.de suspects.

Le lendemain matin je demandais au major de porter le tout au capitaine et de lui expliquer, ce n'était pas à moi petit 2° classe à pavoiser.

Peu de temps après j'entendis le major sortir, du bureau du capitaine et sans s'arrêter, aller jusqu'à la chambre du Sous-Lieutenant et lui dire.

- Mon Lieutenant, le capitaine vous demande dans son bureau.

- Qu"est ce qu'il y a encore! merde! je n'ai pas que ça à foutre moi!

Après quelques enjambées il traversa le couloir et devant la porte du capitaine avant qu'il referme je l'entendis claquer des talons et dire.

-Mes respects mon capitaine.

J'entendis aussi le capitaine lui demander.

- Fermez la porte Lieutenant!

Le major revint, poussa notre porte sans la refermer et dit avec son accent du midi.

- Oh! Putain! fan de chichoune! Ça va chier! écoutez un peu!

Ça ne rata pas, je n'entendis pas tout,  mais ce que lui dit  le capitaine me fis jubiler en silence, entre autre sur la fin.

- Je vous préviens W... c'est la dernière fois , si je vous entends encore  proférer de telles insanités envers qui que ce soit, c'est direct au Colonel, je ne veux plus vous voir ici. En attendant je vais vous ficher un rapport dont vous entendrez parler, et qui j'espère calmera un peu vos velléités d'avancement , et je ne veux plus que vous vous occupiez des laisser passer, George fera cela avec le Major et moi éventuellement..

 

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 22:51

Non! il ne s'agit pas d'une décharge publique , mais d'une rivière à Jakarta en indonesie. Sur leurs barques les riverains pratiquent la" pêche à l'ordure"On ose à peine imaginerl'état de la faune et de la flore sous cette masse immonde.

 

Photo recopiée sur Marianne du 22/11/08 p 43.

 

La reproduction de la photo n'est pas terrible mais suffisament parlante pour qu'en plus du Grenelle de l'environnement N. Hulot nous fasse un Djakarta "développement durable " J'aime bien Nicolas Hulot mais que peut-il faire contre cela et une pollution presque identique de tout le golfe du Bengale.

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 18:03

Un GPS dans la guépière pour surveiller les femmes volages!!!

Marre des disputes à rallonges, quand Madame sort avec ses copines?, Le problème est désormais réglé grace à la nouvelle collection de lingerie fine signée "Lucia Lorio. Le dernier cri sur le marché des dessous féminins au Brésil , permet aux hommes de traquer  leur bien aumée à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit grace à un GPS caché dans une guépière sexy. La porte parole de la marque "Find Me If You Can" ( trouve moi si tu peux) explique que la ligne s'adresse à la femme moderne, connectée au monde de la technologie. Pour les maris et les amants jaloux, le "mouchard" coutera entre 800 et 1100 dollars. Les féministes du monde entier voient dans ce nouveau gadget la résurgence pure et simple de  la ceinture de chasteté!!!! . Pas faux!!!

                                              Marianne du 22 novembre 2008 ( ils l'on fait p.43)        

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 22:38

Je notai mentalement la subtilité, mais compte tenu du nombre de "clients"  je ne m'attardais pas sur ce sujet, et donnais à signer les documents au sous lieutenant en double exemplaire car il en, gardait un pour son dossier. Quelques jours plus tard, un matin où j'étais mal réveillé, suite à quatre heures de garde dans la nuit, il entra dans le bureau, furieux, les yeux exorbités, et me traitant sans ménagements, de tous les noms d'oiseaux de la planète.

- Dites donc George, il va falloir que je vous apprenne à lire, espèce de bon à rien, vous êtes un planqué, mais en plus vous êtes avec ces putains de bougnoules, espèce de communiste!! Grâce à vous, il y a un dangereux terroriste qui court la Mitidja avec un laisser passer signé de ma main.

Le major  et Guiraud toujours au garde à vous, n'en menait pas plus large que moi, quand le capitaine arriva très mécontent de ce vacarme.

- Dites donc W...! c'est pas fini d'insulter les gens de cette façon, que se passe t-il?

- Par la faute de cet espèce de petit con de communiste un suspect court la plaine du Chélif avec un laisser-passer signé de ma main. C'est en revérifiant ma liste que je viens de m'en apercevoir, je vais faire envoyer un appel radio pour essayer de le retrouver mais cela m'étonnerait que l'on puisse lui mettre la main dessus.

Le capitaine mal à l'aise, me regarda et sans trop élever la voix et me dit.

George! bon sens quand tu n'y arrive pas demande à Guiraud de t'aider ou au Major, on a assez d'embêtements comme cela en ce moment , fais attention et que ça ne renouvelle pas!

Sur le coup j'en avais tellement pris plein la gueule, j'étais tellement abasourdi que je ne prononçais pas un mot.

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 21:43

Un sous lieutenant, deux sous-officiers, arrivèrent et une douzaine de spahis français. Cela nous rassura quelque peu mais pas totalement.

Le sous-Lieutenant s'appelait W... ! C'était le petit fils d'un trop célèbre général de 1940. C'était un m'as tu vu pédant et prétentieux que je pris de suite en aversion, et il me le rendis largement. Le capitaine ne l'aimait pas non plus et s'accrochait souvent avec lui. Un jour qu'il lui donnait un ordre, cela ne convint pas à monsieur et je l'entendis lui répondre.

- Mon capitaine! vous savez qui je suis, c'est le travail d'un sous-officier ce travail là.

- Pour savoir qui vous êtes, je ne le sais que trop, quant à ce travail que je vous demande, si vous ne le faîtes pas vous même, déléguez mon cher! déléguez! mais je vous préviens je vous en tiendrait pour responsable.

Il était chargé entre autre de signer les laisser passer, que je préparais,pour des journaliers qui partaient travailler dans la Mitidja. Il y en avait de plus en plus, et les listes de suspects en ma possession, que je vérifiais par rapport à la carte d'identité du demandeur, ne m'avaient pas encore permit  de trouver un rebelle qui vienne demander un sauf conduit. Ce qui était assez pénible c'était surtout le nombre de gars qui portaient le même nom de famille . Il y avait un douar où ils s'appelaient presque tous Ahmed Benyahia, ensuite venait une foule de noms additionnels, et de prénoms à particules, c'était du genre Ahmed Benyahia ben ahmed , ou ben Amar ben larbi, ou larbi tout court etc...! Il arriva qu'un jour où il y avait une queue de vingt personnes et fort justement un Ahmed Benyahia Ahmed Ben Amar était sur ma liste de suspects. Je fis un laisser passez conforme à la carte d'identité du demandeur mais au nom de Ahmed Benyahia ben Amar.Je lui posais quand même la question de la raison de ce détail, il me dit qu'effectivement c'était un cousin qui travaillait à Orléansville.**

 

** Cette page est ecrite avec la rigueur de ma mémoire, comme tout ce récit, mais certaines pages sont de temps en temps soit un peu romancées soit légèrement exagérées, mais ici ces faits sont  réels et les noms des journaliers inchangés.

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 22:58

Un peu plus tard deux compagnies du RCC des Attafs, étaient sur place et se lancèrent  en direction des collines, où ils pensaient qu'ils étaient partis. Dans l'après midi d'autres unités motorisées se déployèrent sur le secteur, deux hélicoptères passèrent plusieurs heures à tourner vers l'Atlas, mais ce fut peine perdue  Les déserteurs avaient sans doute, là aussi, bien préparé leur coup, plusieurs complices devaient les attendre , ou alors comme ils étaient en uniformes ils purent pendant un temps paraitre pour une patrouille, et se planquer dés que les recherches commencèrent. Ce furent les hypothèses qui ressortirent des premières constatations, et de nos interrogatoires que ceux qui étaient de garde cette nuit là subirent pendant deux jours.

On entendit plus jamais parler d'eux, sauf un jour un MAS 36 fut retrouvé lors d'une opération et grâce au Numéro il correspondait à celui qui avait appartenu à un des déserteurs.

Ce deuxième épisode marqua tous les métropolitains et moi-même. Nous nous sentîmes contraints de nous serrer un peu plus les coudes, car nous avions conscience que cette nuit là les déserteurs auraient put trucider, pratiquement sans risques, la vingtaine de spahis présents au cantonnement , dont nous faisions partie, et disparaître comme ils l'avaient fait sans être embétés.

Le capitaine réclama des renforts de français de souche, qu'il obtint assez rapidement et il recommanda à ses officiers et sous-officiers de bien veiller à ce qu'il y ait au moins un métropolitain à chaque tour de garde. Il leur demanda aussi de déceler dans les pelotons les spahis douteux dont ils n'étaient pas trop sûrs. 

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 19:39

08 novembre 2008

Parce qu'on ne peut pas continuer d'accepter tout et n'importe quoi !

 

SOUTENIR LES COLLEGUES DE NOS RASED :

http://www.sauvonslesrased.org/index.php?p

C'EST DECIDE, J'ENTRE EN RESISTANCE !
(Lettre de Roland BRAUN, directeur d'école à COLMAR, 68)

 

http://dp.over-blog.com/article-23868729.html

Lettre d'Alain REFALO, professeur des écoles à COLOMNIERS, 31

http://resistancepedagogique.blog4ever.com/blog/lirarticle-252147-1030669.html

 

 

 

Posté
Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article

Présentation

  • : le blog de Jean Georges
  • le blog de Jean Georges
  • : Ecriture des " Mémoires d'un spahi" Actualités, peepole, humour, liberté, photos liberté
  • Contact

Profil

  • Jean Georges
  • Je suis un retraité...veinard, j'aime la vie, les voyages au soleil, le Saint Emilion, la littérature (18 et 19°), mafemme Camille  je suis fan invétéré de San Antonio ( alias Frédéric Dard) j'aime aussi internet, les blogs, etc...
  • Je suis un retraité...veinard, j'aime la vie, les voyages au soleil, le Saint Emilion, la littérature (18 et 19°), mafemme Camille je suis fan invétéré de San Antonio ( alias Frédéric Dard) j'aime aussi internet, les blogs, etc...

Recherche