Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 22:25
Pour ceux et celles qui aiment cette vieille chanson.

Paroles de J.B.Clément - Musique de A. Renard

Quand nous chanterons le temps des cerises
     Et gai rossignol et merle moqueur
           seront tous en fête
     Les belles auront la folie en tête
    Et les amoureux du soleil au coeur
Quand nous chanterons le temps des cerises
  Sifflera bien mieux le merle moqueur

Mais il est bien court le temps des cerises
   Où l'on va par deux cueillir en rêvant
           Des pendants d'oreilles
   Cerises d'amour aux robes pareilles
Tombant sous la feuille en gouttes de sang
Mais il est bien court le temps des cerises
Pendants de corail qu'on cueille en rêvant

Quand vous en serez au temps des cerises
  Si vous avez peur des chagrins d'amour 
                Evitez les belles 
  Moi qui ne craint pas les peines cruelles 
   Je ne vivrai point sans souffrir un jour 
Quand vous en serez au temps des cerises
    Vous aurez aussi des peines d'amour

  J'aimerai toujours le temps des cerises
C'est de ce temps là que je garde au coeur
               Une plaie ouverte 
   Et dame fortune en m'étant offerte
  Ne pourra jamais calmer ma douleur
 J'aimerai toujours le temps des cerises
   Et le souvenir que je garde au coeur
    
                     oooOooo

  C'est beau non! Moi j'adore! Cette saison nous la rappelle!

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 22:52

La région d'Aumale n'était pas aux dires de certains un endroit de villégiature mais plutôt moins dangereuse que les Aurès à l'est ou l'Ouarsenis à l'ouest. Mis à part quelques chanceux qui étaient affectés à Alger ou dans les villes du bord de mer, nous étions presque tous inquiets de notre futur endroit de vie.... ou peut-être de mort. Il se disait tellement de choses sur cette guerre, à laquelle on donnait des noms de maintient de l'ordre, d'évènements, de pacification etc... ou chaque jour les appelés français se faisaient tuer, étriper ou émasculer dans des conditions abominables. Dans l'autre sens les opérations d'envergures menées à grands renforts de Paras et de Légionnaires, un peu fanatiques, appuyées par l'aviation et l'artillerie faisaient souvent de gros dégâts sur des populations innocentes et leur environnement, souvent pour attraper juste un petit groupe de rebelles en mal d'embuscades.
Cette façon de faire, bien sûr inévitable, ne pouvait qu'attiser les tensions entre civils Algériens et Militaires Français, et faisait que ces mêmes civils ( fidèles à la France et à l'armée française au débuts des évènements) commençaient de plus en plus à tourner leurs vestes et faire allégeance aux willayas de l'est Algérois qui se constituaient le long de la frontière Tunisienne, et dans une moindre mesure dans l'Ouarenis le long de la frontière Marocaine.


                                                 ooOoo

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 22:05
Le stage était terminé et nous regagnâmes le camp du Lido à Hussein Dey, et pour une grosse semaine on retrouva une autre tente identique et pas très loin de la première.
Il nous fut dispensé encore quelques cours de Français, de Calcul, et le Jeudi nous eûmes droit encore au rassemblement sur la place d'armes.
Là, il s'agissait de nos affectations dans des régiments et unités de l'armée Blindé et Cavalerie de la 10ème région Militaire, disséminés dans toute l'Algérie. Le nom de chaque régiment était annoncé comme ( 3° RCC, 2° hussards, , 4° Dragons, 5° Régiment de spahis Algériens etc.. Il y avait plusieurs Régiments de Spahis en Algérie, plusieurs étaient montés, c'est à dire à cheval, mais la plupart comportait un escadron Blindé, et certains entièrement équipés de Chars et d'engins blindés comm le 1er Régiment de Spahis Algérien. Moi je fus affecté au 5° Régiment de spahis algérien qui devint plus tard le 5° Régiment de spahis( Ils avaient enlevé -Algérien- car cela ne faisait pas assez Français. Cette unité composée de cinq Escadrons soit environ 5 à 600 hommes,et plus de 300 chevaux , comportait trois escadrons à cheval,  un de chars et engins blindés et un au PC. de services de santé et d'intendance de camions de transports et un peloton de blindés légers et auto mitrailleuse.
Ce régiment était stationné à Aumale, une bourgade à environ cent kilomètres au sud est d'Alger,en Kabylie, sur les plateaux du massif du Djebel Dirah. Il y avait toujours des mecs "Je sais tout" pour évaluer les risques potentiels de tel ou tel endroit.
Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 20:51

Je peux te dire qu'ils n chôment pas , et puis on a un vieux sergent, qui ne rigole pas tous les jours, surtout quand il a forcé un peu trop sur le pastis.
On déjeuna vers une heure dans un petit restaurant, non loin de la pointe Pescade. Le couscous était génial, servi par un pied noir exubérant, et le vin rosé frais et fruité qui allait avec me donna un peu mal à la tête car il me parût un peu fort en degrés. Le reste de la journée nous eûmes le temps de parler du bon temps de nos fiancées respectives, de cette putain de guerre qui nous clouait ici de ce côté de la grande bleue en nous pourrissant la vie. Casimir me rassura aussi sur mon sort et qu'au pire je pouvais me retrouver dans le bled au PC d'un colonel ou d'en commandant. Lui n'avait pas l'air trop inquiet, il lui restait un an à tirer mais avec sa planque, il y aurait plus malheureux que lui.
Nous nous attardâmes un moment à la terrasse d'un café d'où on voyait la mer, en buvant une anisette , et ce fut le retour vers Beni-Messous où il me déposa vers six heures trente.
Je gardais pendant quelques temps un souvenir plus qu'agréable de cette journée. Mais paradoxalement je ne revis jamais Casimir, pas plus en Algérie qu'ailleurs. Camille m'écrira plus tard qu'il était rentré et parti travailler je ne sais où et qu'Henriette sa copine ne l'avait pas attendu et avait convolé en justes noces avec un gars de Thouars.

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 22:25
Celle-ci c'est pour le service en ville elle sert pour aller chercher des pièces au port, dépanner des véhicules dans les compagnies du côté de Blida, on en a trois comme celle ci, presque neuves, tu parles! elle font à tout casser mille bornes par mois, celle-là elle un an et à peine huit mille kilomètres. Nous bavardâmes encore un moment et il s'en fut en disant.
- A demain, je te prends ici vers neuf heures.
Ce soir là je m'endormis du sommeil du juste qui avait de la chance.
Il faisait beau cette mi-février 1958. Ce pays que je n'aimais pas ( et pour cause) possédait entre autre un climat hivernal extraordinaire, en tous cas sur la région d'Alger et le littoral. Mis à part le raccourcissement des jours et quelques journées venteuses ou pluvieuses, ici c'était le printemps avant l'heure, que quelques orages perturbaient rarement et jamais avec violence.
Casimir se pointa vers neuf heures. J'étais sur mon trente et un et lui aussi. Il me balada dans toute la ville et les proches environs, je me fis conduire au camp du lido qu'il ne connaissait pas. Il me montra la caserne où il était sur El biar où le quartier me parut tranquille. Pour une unité du train, peu de véhicules et aussi un certain nombre en réparation dans le fond sous un grand hangar. Il m'expliqua ce calme relatif.
- Bon! Là c'est dimanche, il n'y a pas beaucoup de camions, et il suffit d'une opérations avec le transport de troupes dans la région de Bouira  ou de Blida pour qu'ils soient tous mobilisés. Et puis tous les véhicules ne rentrent pas, on est juste une grosse compagnie avec une cinquantaine de véhicules et un peu plus de chauffeurs, dont je fais partie ainsi que tous les services, mécanos, tôliers et des mecs à l'entretien etc...
Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 09:08
Certains auraient dit coup de blues, ou vague à l'âme:
Pourquoi?

C'est la bonne question.C'est pas gagné mon affaire!! je viens d'étaler 80 pages de souvenirs qui n'intéressent pas grand monde sur ce blog. Depuis le début de l'année je n'ai eu que:

- 2300 pages vues
- 650 visiteurs uniques
- ce qui me laisse un peu d'espoir c'est mon blog rank, mais quand même je trouve ça nul, de plus je n'ai que de rares commentaires!

Chers amis blogueurs avez-vous quelques ficelles ou astuces pour améliorer un score aussi minable.

Mais il en faut plus que cela pour me décourager! donc 
                          
                        Je reste avec vous!!!!  Jean-Georges
Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 21:29

Avec une petite réserve, si on avait un point de chute, une adresse ou une personne, qui pouvait se porter garant pour nous. Je remplis un document en double exemplaire et Casimir remonta le samedi après midi avec une autorisation de son commandant . Il jubilait.
-Ah! Ah! Tu as vu ça le père Casimir, il a plus d'un tour dans son sac.
J'étais plus heureux que lui, de pouvoir sortir prendre l'air. Depuis presque quatre mois sans sortir l'air des casernements commençait à me peser. J'étais moins démonstratif que lui mais je l'aurais bien embrassé le camarade Casimir si j'avais osé, je dis.
- Ben oui! J'ai rien compris, il y eu une note de service que le moniteur nous à lu hier soir, nous sommes libres de huit heure à sept heure du soir. Hélas pas beaucoup peuvent sortir car la plupart ne connaissent personne ici , mais moi j'ai déjà ma perm.
Casimir était hilare et manifesta la démesure de sa jubilation.
- Ah! Je m'en doutais que ça se passerait comme ça , mon commandant connaît le capitaine d'ici, il lui a téléphoné et voilà, c'est pas beau ça.
Il était venu avec une peugeot 203 camionnette rutilante, avec sa bâche kaki, devant laquelle j'étais baba! J'aurais donné je ne sais pas quoi pour conduire une telle voiture, et comme j'en faisait le tour admiratif, il m'expliqua.
- Dans la semaine je conduis le commandant dans une 203 aussi mais une conduite intérieur avec quatre portes , mais le week-end il la conduit lui même pour balader sa famille.   

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 21:00

Malgré tout, je finissais mon stage avec le sentiment de n'avoir pas perdu tout mon temps . Un examen sanctionna notre séjour, je fus admis comme brigadier secrétaire avec une petite moyenne de 11,5/20, mais je n'étais pas déçu car une dizaine étaient encore derrière moi dont cinq recalés.
L'avant dernière semaine en plus , un gars que j'avais connu à Saint Jouin qui sortait avec Henriette une copine à Camille, vint me voir un soir. Casimir il s'appelait, il était en Algérie depuis un an. Il était chauffeur d'un commandant à El Biar, c'était un sacré débrouillard et exubérant au possible, après les effusions des retrouvailles, que l'on eut parlé du pays, de nos fiancées et nos familles il me dit.
Tu n'aimerais pas venir avec moi dimanche faire un tour en ville. Je te baladerai  -même si en ce moment dans Alger,c'est un peu le bordel avec les contrôles un peu partout - j'ai un laissez-passer et on irait manger dans un bon resto à midi et discuter du bon temps.
Comme je ne pensais pas obtenir de permission de sortie, je lui répondis qu'à mon grand désespoir il ne fallait compter là-dessus que personne n'y comptait, tout en réfléchissant il me dit .
-Peut-être que je peux arranger ça, j'en parle demain matin à mon commandant , je serais étonné que ça ne marche pas.
Sans aucun doute son commandant avait fait le nécessaire, car le vendredi matin le moniteur avait en main une note de service nous autorisant à sortir en ville de huit heure à dix neuf heure, 

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 18:18

Par exemple l'un d'eux demandait à la cantonade.
-Il y a quelqu'un qui parle espagnol ou anglais? ou bien qui habite Paris ?
Au début il y en avait toujours un ou plus qui levait le bras en disant.
-Moi brigadier!
Et l'autre y allait de sa rengaine .
- Ah! Ah! bien cavalier, vous serez de corvée de chiottes demain matin de bonne heure... et! ...et! ... de bonne humeur.
Plus tard ils nous piégeaient plus difficilement, il y avait plusieurs question comme cette dernière , ce qui fait que de temps à autre il y en avait toujours l'un de nous qui se faisait avoir.
Je n'avais, bien évidemment, jamais pensé devenir dactylo et surtout apprendre cette spécialité dans l'armée. Ce métier, réputé de femme, que beaucoup de filles de la campagne et aussi de la ville souhaitaient exercer- c'est pour cela que les cours Pigier faisaient fortune - n'était aussi facile qu'il apparait. Beaucoup de ces jeunes filles ne terminaient pas les cours et abandonnaient en cours de cycle, ou échouaient à l'examen final. Quoique en disaient des gens mal informés, ce métier exigeait aussi quelques aptitudes , notamment en Français , et même en ne retenant que ce critère, il n'y avait pas énormément de candidates potentiellement aptes. Non pas que les qualités intellectuelles des filles soient ici minimisées ,  mais souvent celles qui auraient pu réussir facilement après le BEPC, passaient avec succès des concours pour entrer comme fonctionnaire, soit à la poste, l'éducation nationale, les banques etc... Il existait aussi quelques écoles spécialisées et aussi les fameuse écoles ménagères, mais hélas, souvent beaucoup de ces demoiselles, ne pouvaient que se diriger vers des métiers manuels comme couturière, femme de chambre, bonne à tout faire, mais aussi une bonne partie d'entre elles étaient vouées à devenir des épouses mères de famille.

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 22:40

C'était pareil pour bon nombre d'entre nous. Cela s'améliora un peu vers la quatrième semaine, les encouragements de mon voisin , ses conseils, et mon obstination avaient porté leurs fruits , et à l'issue du stage j'avais tapé presque tout mon bottin. Le plus difficile restait à taper sans faute de frappe, car aucun moyen de corriger sinon de surcharger, et à la notation chaque erreur qui apparaissait était sanctionnée.
Ceci dit les journées se passaient bien plus tranquille, côté discipline surtout. En dehors des cours de Français de dactylo et de calcul nous avions deux heures de sport par semaine, mais le soir et le dimanche on pouvait jouer au basket ou au foot sur un petit terrain. Toujours pas de sortie sauf le dimanche ceux qui allaient à la messe dans un camion accompagné d'un sous officier et et  sans sortie en ville. Je trouvais que le temps passais vite dans cet univers studieux pour moi qui, à force de persévérance et de sérieux parvenais à progresser. Il m'est arriver de regretter de ne pas avoir appris à taper à la machine, les cours Pigier en dispensaient dans chaque ville un peu importante. Ce qui est vrai aussi c'est que lors de mes trois jours à Limoges, un interrogateur m'avait posé une foule de questions aussi bizarres les unes que les autres dont celle-ci
- A quel endroit souhaiteriez-vous faire votre service  et dans quelle arme?
Comme un imbécile j'avais répondu ,en France dans le génie! si j'avais dit que je savais taper à la machine j'aurais eu droit d'aller dans les chasseurs alpins ou la Marine. C'était comme au Lido les deux autres zazous d'instructeurs ils nous prenaient pour des vrais gogos. 

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article

Présentation

  • : le blog de Jean Georges
  • le blog de Jean Georges
  • : Ecriture des " Mémoires d'un spahi" Actualités, peepole, humour, liberté, photos liberté
  • Contact

Profil

  • Jean Georges
  • Je suis un retraité...veinard, j'aime la vie, les voyages au soleil, le Saint Emilion, la littérature (18 et 19°), mafemme Camille  je suis fan invétéré de San Antonio ( alias Frédéric Dard) j'aime aussi internet, les blogs, etc...
  • Je suis un retraité...veinard, j'aime la vie, les voyages au soleil, le Saint Emilion, la littérature (18 et 19°), mafemme Camille je suis fan invétéré de San Antonio ( alias Frédéric Dard) j'aime aussi internet, les blogs, etc...

Recherche