Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 21:27

 

 

 

Hier à 10h12

 

 

 

 

 

Deux informations économiques de taille sont passées pratiquement inapeçues.

 

La première:

 

Général Mills ( trust américain  du Yaourt entre autre) vient de prendre le controle du français Yoplait, un des fleurons du secteur du marché du Yaourt et des produits laitiers frais en général.

 

Rassurez-vous, le 18 mars 2011 le gouvernement Français  "s'inquietait" pour les emplois ce qui ne l'a pas empêché de prétendre accompagner le géant américain dans cette transaction.

 

D'autre part madame Lagarde et Monsieur Lemaire ont fait part de " leur soucis" de préserver les emplois et l'avenir de la filière laitière en France. De plus les deux ministres nous informent que le FSI ( je cite)  examine pour sa part l'opportunité d'accompagner ce projet d'investissement. C'est vrai tant qu'à faire faut pas mégoter.

 

Pour les emplois on en reparlera sans doute sans tarder, mais à mon avis plus gravement attendez-vous à bouffer sans tarder dans vos petits pots du Yaourt Yoplait fabriqué par les usines américaines avec les vaches  laitières des immenses fermes du Midle-west nourries en partie avec du soja transgénique et autres OGM.

 

La deuxième:

 

  

 

INGENICO 7310

L'Ingenico 7310 est un TPE de faible encombrement destiné aux commerces où la portabilité est un plus.

Type : TPE

Marque : INGENICO

  

  

 

Le groupe Ingénico  ( specialiste mondial des terminaux de paiment fixe et sans fil) s'est vu refuser sur une décision du ministère américain de la justice , le rachat des actifs de la socièté américaine Hypercom par la filiale d'Ingenico aux Etats Unis Vivotech au titre d'une loi antitrust.

 

Vous avez entendu ou lu que l'Etat Français était intervenu pour dénoncer ces pratiques américaines... pas à ma connaissance.

 

Décidement ce pays réputé des libertés me déçoit de plus en plus. C'est vrai qu'il y a longtemps que je sais que là bas la liberté commerciale s'arrête dés qu'il y a des dollars sur le tapis. JG.



Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 21:11

 

DSK dans les geoles américaines,

              La honte!.

 

 

 

 

 

 

Décidément, si ce n'était pas aussi grave pour l'image de notre pays, j'en serais presque à me réjouir de ce qui lui arrive, mais je ne suis pas mécontent quand même. 

Tout d'abord j'ai toujours pensé que cet homme portait sur son visage une certaine addiction sexuelle. C'est vrai que quand on roule en porche, avec un costard à 10 000 euros ces gars là se croient tout permis.

Quand Stéphane Guillon sur Inter avait fait son billet en fustigeant DSK l'invité de  De Morand je crois, recommandant à la gent féminine de se planquer pour échapper à la lubricité du patron du FMI,  j'avais applaudi Guillon même si je le trouvais un peu gonflé. C'est d'ailleurs ce qui lui a coûté sa chronique matinale sur la radio nationale.

Bref! cet évennement aura assurément un effet immédiat, quoiqu'il arrive c'est que les médias vont arrêter de l'encenser alors qu'avec leurs sondages bidons,ils avaient presque réussi à le vendre aux français comme candidat unique de la gauche socialiste.

Ensuite la vraie gauche est assurée de ne pas avoir à voter pour un vieux beau qui ne connait du peuple français que les dollars du FMI et la Banque centrale européenne.

A moyen terme, à moins d'un revirement inattendu, ce qui peut lui arriver de mieux c'est une retraite dans son riad de Marakech, mais il pourrait aussi tester quelque Geole américaine pendant quelques années si les faits que l'on lui reproche sont avérés.

A contre coup je pense aussi que quelques vieux éléphants du PS vont payer leur campagne récente pour DSK, et  leur arrogance envers S.Royal. Je crois aussi que Sarko ne va pas aimer que son vieux copain l'entraine encore un peu plus dans sa chute.

Quand au FMI il se passera très bien de DSK, d'ailleurs les américains n'attendaient que ça et ils auraient un auraient aidé un peu la providence que je n'en serais nullement surpris.

Pour notre pays, cela ne va pas, sur le plan diplomatique, faire progresser notre accréditation avec certains de nos partenaires commerciaux et relationnels mais la France en a vu d'autres, elle s'en remettra.

Comme quoi une vilaine histoire de Q peut avoir de lourdes conséquences. JG.


 

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 21:52

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Attention, si vous achetez de l’électroménager chez Darty (je ne sais pas ce qu’il en est pour le reste des produits), soyez très attentif sur ce que vous signez. Voici la pratique dénoncée :  Une fois la facture établie, le vendeur demande si vous voulez que les tarifs de l’électricitésoient bloqués pendant deux ans. Alléchant quand on entend très régulièrement que les tarifs vont augmenter sensiblement ! Un mois après, vous recevez un courrier d’EDF, votre fournisseur d’électricité, vous avertissant que l’abonnement va prendre fin. EDF vous confirmera que vous avez mis fin à votre abonnement lors d’un achat d’électroménager un mois auparavant chez Darty. La feuille signée donnait pouvoir à Darty pour un changement de fournisseur en contre partie d’un blocage des tarifs pendant 2 ans. Darty vous confirmera donc que vous avez signé pour passer à GDF (GDF-Suez).Conclusion : ne signez rien en dehors, si vous le souhaitez, de l’extension de garantie ! Attention ! le feuillet présenté à la signature n’est pas très identifiable ! Il ressemble aux autres feuillets et porte la mention du fournisseur ou de son opération (en l’occurrence dans ce cas « Dolce Vita ») : la première page se présente comme une photocopie du formulaire signé et une annexe comporte, sur plusieurs pages, un tableau et toutes les conditions générales avec, à la fin, un formulaire de renonciation ainsi qu’une autorisation de prélèvement. Si vous vous apercevez que vous avez signé ce papier, il est possible de remplir le formulaire de renonciation.Attention au délai à respecter (Loi Scrivener). Les tarifs régulés d’EDF sont les plus bas du marché (hors promotions des fournisseurs privés pour attirer les clients qui déchantent très vite) ! Ce qui s’est produit avec GDF, peut se produire pour n’importe quel autre fournisseur privé car ils ne parviennent pas à être compétitifs sur la durée.Entre le 1er juillet 2007 et le 30 juin 2010, 5 % seulement des ménages ont quitté EDF pour les opérateurs concurrents. Face à cet "échec", les technocrates européens, relayés par le gouvernement français, veulent imposer à EDF de céder aux autres fournisseurs une partie de sa production nucléaire. Celle-ci est pourtant le résultat de ses investissements payés par ses clients sans aucune intervention de l’Etat actionnaire unique jusqu’à l’ouverture du marché de l'électricité. Cela signifie qu’ils demandent à EDF d’augmenter ses propres coûts de production en diminuant la part du nucléaire dans l’électricité fournie et ainsi de contribuer à la hausse des tarifs pour atténuer les méfaits de l’ouverture du marché et faire croire à la concurrence.Pour en juger, voici quelques sites :
> >  Le site de 60 millions de consommateurs : 
http://www.60millions-mag.com/libres_echanges/forums/forums/gaz_et_electricite/demarchage_abusif_darty_gdf_dolce_vita
> >  Et ici le site de Darty qui propose de changer de fournisseur : 
http://www.darty.com/webapp/wcs/stores/servlet/DartyHpgContentDisplay?storeId=10001&contentId=28311

 

Commentaires: Décidemment on verra tout dans ce pays, il fallait y penser à la combine non! JG.

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 22:20

 

 Suite des fantasmes du porche ....

Résumé:

Précédement grace à un blog à .. 4 mains .. sur Twiter j'avais ecrit les fantasmes du porche. Histoire un peu coquine que bien des lecteurs avaient apprécié.

 

Voici une suite des tribulations nocturnes d'Amélie .... Entre fantasmes et réalité, je ne le sais pas moi-même. A vous de choisir!

 


 

  Fichier:Eurostar, thalys at gare du nord.jpg
Taille de cet aperçu : 794 × 599 pixels

 

 

 

 


 

 

 

   Histoire de train ou Amélie en Thalys

 

Son train partait dans une heure, Amélie sous la douche murmurait l’air de la chanson « le baiser » de Souchon qu’elle avait trouvé bien adapté à son aventure de la semaine dernière.

Elle n’avait pas tenté de repasser par la rue du porche, ce n’est pas l’envie qui lui en manquait mais cette situation vis-à-vis de son copain Gérard lui posai un problème qu’elle devait résoudre rapidement. Ce n’était pas si simple, elle ne l’aimait plus trop, ça c’était une évidence, l’avait-elle jamais aimé ?, elle ne savait pas trop, mais c’était un beau mec, l’appartement lui appartenait, et mis à part son ordinateur et ses jeux idiots il était très supportable, pas compliqué, encore assez attentionné, mais au lit, depuis le coup du portugais sous le porche elle trouvait qu’il n’était pas très performant. A cette heure matinale il dormait encore, alors qu’elle devait-être gare du Nord dans 40 minutes, Elle avala son thé brûlant en croquant deux madeleines et sortit avec sa petite valise à roulettes.

A six heures du matin elle n’avait pas besoin de faire du slalom sur le trottoir, les rares passants s’effaçaient devant elle comme par miracle.

Elle arriva Gare du Nord largement à l’heure, elle rangea sa valisette dans le cagibi prévu à cet effet vers l’avant du train, elle enfila sa tenue de travail et se dirigea vers le petit comptoir pour boire un café et bavarda un peu avec le chef de train assis sur le seul tabouret du bar.

Les voyageurs commençaient à affluer, elle se mit à arpenter le quai répondant ici et là aux questions des usagers, donnant un coup de main à une maman pour monter son fils, etc.

En fait, Amélie était hôtesse de train sur le Thalys elle était employée par une agence d’intérim spécialisée dans ce genre de prestation à savoir hôtesses dans les transports en tous genre, trains TGV, Thalys, Eurostar, autocar de luxe, son employeur disposait d’ hôtesses de l’air mais dans un autre service très à part.

Maintenant le train roulait à plus de deux cent kilomètres heure dans les plaines du Nord, Amélie chargée de la classe affaire allait et venait dans les deux voitures aménagées pour la classe « Buziness », s’inquiétant d’un voyageur mal à l’aise, répondant à une question sur les toilettes, le bar, apportant un verre d’eau pour un jeune enfant ou une personne âgée , aidant un homme d’affaire à connecter son ordinateur etc. Certains jours elle était aussi en charge de servir certains éléments des petits déjeuners ou d’autres repas servis à bord et desservir les tables.

Le jeune homme brun assis vers le bout de la voiture, attira l’attention de la jeune femme. Lui c’était la classe, chemise blanche et cravate grenat, blaser marine, gourmette plaquée or au poignet, complètement absorbé par son écran de netbook posé sur la tablette, les doigts courant sur le clavier.

Elle allait s’empresser de débarrasser sa tasse de café vide quand, discrètement il l’appela.

- S’il vous plait, madame, pourrais avoir un autre café ?

Amélie n’aimait qu’on l’appelle madame elle se dit « merde je vieillis ou quoi il faut qu’il change ses lunettes machin »

- Oui monsieur de suite.

Puis tout en débarrassant la tasse vide et passant un coup de torchon sur la table elle ne put s’empêcher de lui dire.

- Mademoiselle, ….je suis célibataire !

Et elle fila vers le bar commander le café. Au retour la tasse sur le petit plateau en équilibre instable ne permettait pas de rêver mais tout de même de loin, l’air de rien, jetant un coup d’œil furtif elle se dit « mais c’est qu’il est beau ce mec, mais ce n’est sûrement pas un bon coup, trop intello avec ses lunettes à la Chirac. » Le café atterrit sur la table sans encombre et Amélie s’entendit dire.

- Voilà Monsieur.

Le monsieur relevant la tête, posa ses lunettes et un instant interloqué par le joli visage de la jeune femme que scrutaient ses yeux rieurs et sombres dit de sa voix grave.

- Merci mademoiselle, pardonnez moi pour tout à l’heure avec mes lunettes là pour l’écran je ne vois rien, c’est vrai vous n’avez pas l’air d’une madame.

- Je vous en prie ce n’est pas grave mais j’ai bien vu que vous étiez absorbé par votre travail et que vous ne m’aviez pas regardée.

Elle repartit à ses occupations.

A l’arrêt de Bruxelles elle descendit jusqu’au kiosque s’acheter un paquet de caramels, c’était sa marotte. Elle comprit que les beaux yeux noirs allaient aussi à Amsterdam quand elle remonta dans le train, l’intello était toujours là à tapoter son zinzin. En passant non loin de lui il demanda.

- Le train arrivera à l’heure à Amsterdam vers dix heures trente ?

- Normalement oui ! il n’y a pas de retard annoncé, monsieur.

L’intello fit semblant de regarder son ordinateur mais avant qu’Amélie ait disparu maladroitement il demanda.

- Vous êtes… Vous restez à Amsterdam jusqu’à quelle heure ?

- En principe j’ai quartier libre jusqu’à seize heures, et je repars sur Paris à seize heures quarante cinq par le même train.

- Moi aussi je rentre sur Paris ce soir. Mais ce midi vous déjeunez où, vous avez un point de chute.

- Excusez-moi monsieur il faut que j’y aille maintenant sinon je vais me faire houspiller, à plus tard.

- Je vais vous commander du café, ainsi vous serez bien obligée de revenir.

- Bien monsieur. Tout de suite.

Puis elle fila dans l’allée tout sourire en se disant « merde mais il me drague l’informaticien là et il va être énervé avec tout ce café ».

Le barman n’était pas trop pressé, en attendant elle dû débarrasser deux tables non loin du bar, et le café arriva sur la table devant le jeune cadre qui avait refermé son netbook.

- Pardonnez nous monsieur, c’était un peu long mais le percolateur marche mal.

- Merci !  Je ne suis pas pressé, mais vous n’avez pas répondu à ma question.

- Généralement je mange souvent un panini dans un petit resto italien non loin de la gare.

- Ce midi je suis seul, vous voulez bien déjeuner avec moi ?

Il lui avait demandé cela d’une voix mesurée que le bruit du train noyait un peu. Amélie fit semblant de ne pas avoir entendu, ce qui lui donna quelques secondes pour réfléchir.

- Je ne peux pas monsieur, il est interdit de se faire inviter par des voyageurs c’est un motif de licenciement.

- Personne ne vous verra je vous prends en taxi vers treize heures dans une rue près de la gare et je vous ramène. Vous aimez les fruits de mer et les poissons, je connais un vrai restaurant méditerranéen vers le port où l’on mange la meilleure bouillabaisse du monde.

- Je vais réfléchir, il faut que j’y aille là, car si le chef arrive ça va être ma fête !

Puis elle repartit à ses occupations faisant semblant d’ignorer les yeux noirs. Mais aussi elle se sentit pas trop honnête vis-à-vis de Gérard, elle allait le quitter d’accord mais en attendant s’envoyer en l’air avec n’importe qui ce n’était pas, jusque là, dans ses habitudes, cela lui posait un problème d’éthique. En même temps elle n’était pas obligée de coucher non plus mais c’est vrai aussi que cela la tentait un peu, c’était un beau mec, propre sur lui et tout, de plus un bon repas à midi ça ne la laissait pas indifférente non plus, les paninis ou les casses croutes jambon gouda attendraient.

Le taxi ne mit que quelques minutes pour aller au port. Dans la Volvo à l’arrière avec Jean Patrick, c’était le nom des yeux noirs, tout en répondant aux rares questions du jeune homme, elle se disait qu’elle se comportait comme une grue. Déjà l’autre soir avec le portugais sous le porche, qu’est-ce qui lui avait prit. Oui mais elle s’était régalée d’un putain d’orgasme qu’elle n’avait pas connu depuis longtemps, quel pied ce soir là, tiens ! rien que d’y penser elle en avait des frissons.

Ils étaient arrivés, Jean Patrick était connu ici, il y avait peu de monde et le maitre d’hôtel les conduisit vers le fond de la salle à une table avec vue sur le port. L’endroit, malgré le ciel gris était superbe, Amélie radieuse, ouvrait tous grands ses yeux verts écoutant la description du port par son chevalier servant, et observant avec un étonnement dissimulé le ballet du personnel de service. Une bouteille de vin de Moselle arriva comme par miracle dans un seau à glace et déjà le sommelier, avec délicatesse servait un fond de verre au jeune homme, lequel goûta le breuvage en connaisseur et opina du chef en signe d’acquiescement.

La bouillabaisse était divine et le plat en cuivre qui l’hébergeait fut littéralement asséché par les deux convives ainsi qu’une très grande partie de la bouteille de vin blanc. Le dessert, un mystère praliné flambé au marc de guewurtz et un expresso avait donné un teint magnifique aux joues d’Amélie dont les yeux pétillaient de contentement en ne tarissant pas d’éloges de ce déjeuner somptueux. 

- C’était vraiment trop bien ce repas, je ne peux m’empêcher de vous remercier, je n’ai pas l’habitude de cela.

- Non je vous assure, ce n’est pas nécessaire, car c’est moi qui devrais vous remercier de m’avoir tenu compagnie. Souvent ici c’est moi qui suis invité, les fleuristes avec lesquels je suis en affaire, quand je leur passe de grosses commandes, m’invitent ici et dans deux ou trois autres établissements comparables.

- Vous achetez des fleurs ?

Une serveuse vint prévenir que le taxi commandé attendait devant la porte, sitôt assis dans la voiture Amélie reposa la question.

- Vous achetez des fleurs ici ?

- Oui, surtout des orchidées, mais aussi des fleurs coupées, roses, tulipes, œillets, etc. Ici ce sont des vrais pros, vous verriez ces serres, inimaginables, un jour où nous aurons le temps je vous emmènerais en visiter une serre à une vingtaine de kilomètres d’ici. Pendant le court trajet il lui parla encore un peu de son travail, il achetait des fleurs pour un puissant grossiste de Rungis, il lui dit aussi qu’il allait à Nice de temps en temps surtout pour les œillets et les roses où ces fleurs là étaient plus jolies dans le midi plus rustiques aussi.

Le taxi déposa Amélie après que Jean Patrick lui eu baisé la main en lui disant.

- Merci encore de votre compagnie, et à tout à l’heure.

Le Talys était parti à l’heure, et en attente du coup de feu de dix huit heures, Amélie assise non loin du bar buvait une petite bouteille d’eau minérale. Elle avait la bouche pâteuse, et l’estomac un peu lourd.

Son soupirant avait changé de place il se trouvait de l’autre coté de l’allée et sommeillait par instant en parcourant un journal anglais du soir. Amélie commençait à répondre aux voyageurs, à les servir. Jean Patrick, JP comme elle l’appelait pour elle-même lui commanda un Perrier citron, qu’elle lui apporta aussitôt avec un sourire qui n’avait rien de commercial. Vers six heures le train arriva en gare de Bruxelles. La voiture, jusque là, pas trop encombrée se remplit presque entièrement créant un brouhaha pendant quelques minutes. Une heure plus tard le train, passé la frontière fonçait vers Paris, la nuit était tombée et à travers la vitre l’éclairage public, des bourgades traversées, filait à toute allure.

Tout à coup en pleine campagne dans la région d’Arras, tout l’éclairage intérieur s’éteignit et le train se mit à ralentir très rapidement, pour s’arrêter définitivement. Le silence qui en résultat glaça Amélie et commença d’inquiéter bon nombre de voyageurs désemparés.-

- Que se passe t-il, enfin nous sommes dans un train rapide – qu’arrive t-il mademoiselle pouvez- vous nous dire pourquoi ce train s’arrête ainsi.

- S’il vous plait pas de panique, je vais me renseigner.

Amélie partit vers l’avant du train pour essayer de trouver le chef de train. Elle le trouva en pleine discussion avec sa direction au téléphone. Quand il eut raccroché, au vu de sa mine déconfite, Amélie compris que c’était une grosse panne et quand il écarta les bras et qu’il répondit, Amélie se dit qu’elle allait se faire lyncher dans la voiture de la 1ère classe.

- La direction pense que c’est un vol de cuivre, des voyous auraient coupé un gros câble au sud d’Arras. Expliquez leur cela et dites leur que nous allons dépêcher des cars pour les conduire dans des hôtels de la région. Mais dites leur aussi que nos équipes foncent sur le site pour essayer de réparer et aussi de trouver une motrice diesel pour tirer le convoi jusqu’à Arras.

Amélie essaya d’expliquer au mieux ce qui se passait, certains comprenaient mais quelques uns hurlaient à qui mieux mieux, prenant la SNCF à partie, fustigeant les fonctionnaires etc.… !

L’éclairage de secours s’était mis en marche mais il ne répandait qu’une pâle lumière très peu diffuse, mais qui permettait de voir où l’on mettait les pieds.

Pendant ce temps les voyageurs essayaient de joindre leurs proches afin de les prévenir de leur retard. L’intensité de l’éclairage de secours diminuait à vue d’œil et s’éteignit définitivement dix minutes plus tard.

Amélie regarda sa montre en se dirigeant au fond de la voiture essayant de trouver JP.

- « Où est-il passé le beau brun ? « Il est toujours là j’espère, je sens que je ne vais pas me tenir trop loin de lui »

 En effet il y avait tout à l’heure un ou deux loustics qui ne cessaient d’admirer son petit postérieur. Il n’avait pas bougé Jean Patrick il bavardait avec le gars assis de l’autre côté de l’allée. Il devina son approche.

- Dites mademoiselle que pensez-vous de cette situation, c’est consternant non !

-  Ecoutez ! J’ai dit ce que savais, je suis aussi embêtée que tout le monde. Le chef de train m’a dit qu’il passerait prévenir s’il y avait du nouveau.

Il lui avait prit la main, naturellement comme pour lui faire savoir qu’il était là et aussi pour la retenir qu’elle ne reparte pas. Elle ne refusa pas, se laissant aller contre le dossier du fauteuil. Il se poussa un peu pour lui permettre de s’asseoir près de lui mais elle recula et lui dit à l’oreille.

- Suivez-moi il y a un endroit tranquille au fond de la voiture il y a comme une nurserie, nous serons mieux pour bavarder.

Il était déjà debout marchant à tâtons derrière Amélie se laissant guider au jugé. Il trouva rapidement la porte ouverte qu’elle avait emprunté il referma doucement, Amélie poussa la targette. Là dedans c’était le noir complet mais JP eut vite fait de trouver la taille souple de l’hôtesse du Talys. Celle-ci avait déjà ses deux bras refermés autour de son cou cherchant sa bouche avec avidité. Elle eut encore une petite pensée furtive pour son copain Gérard, elle l’appellerait tout à l’heure qu’il ne s’inquiète pas au moins.

Mais déjà sa petite veste avait trouvé la planchette de desserte et elle essayait avec succès d’enlever le blazer de JP.qui n’en demandait pas tant. Le baiser durait, profond, mouillé, tendre par moments. Amélie avait trouvé la peau sous la chemise maintenant toute ouverte. Lui avait dégrafé le soutien gorge et ses mains douces d’intello couraient sur les deux petits melons dont les tétons durcissaient sous les caresses.

La jupe d’Amélie avait rejoint le sol et avait été écartée des ébats d’un coup de pied savant. Elle sentait depuis un moment l’excitation de JP en passant une main furtive sur le renflement qu’elle estima très honorable ce qui exacerba son égo .Elle commença à dégrafer la ceinture et le pantalon rejoignit la jupe vers la paroi du local.

Lui aussi était passé aux choses sérieuses. La sensualité d’Amélie l’avait subjugué et tenant des deux mains ses fesses rebondies il collait son bas ventre vers celui de sa partenaire qui commençait à avoir le souffle court.

Le reste ne fut plus qu’une formalité, afin que JP ne déchire pas son string, elle le retira discrètement dans le feu de l’action et s’attaqua au shorty serré de l’homme dont l’inspiration était à son comble.

Elle savait très bien où diriger le phallus tendu, que le coup de rein du mâle l’enfonça derechef dans le puits d’amour où Amélie l’avait dirigé de sa main. Elle ne changea pas sa technique, accrochée avec ses jambes nouées autour du bassin de JP qui n’en perdait pas une miette en s’agitant de plus belle, aidé en cela par le mouvement saccadé d’Amélie qui commençait à gémir de plaisir.

En bougeant pour mieux s’appuyer à la paroi, JP rencontra un pied de chaise, de sa jambe il chercha le siège et se laissa aller dessus le bas ventre tendu, Amélie les jambes en l’air trouva la position on ne peut plus confortable.

Ensuite tout alla de plus en plus vite et le dénouement arriva un peu trop précipitamment au gré d’Amélie, mais l’apothéose attendue, déferla longuement, puissante au début et d’une interminable douceur sur la fin, les laissant tous les deux émus et heureux de ce bien être ressenti après l’amour désiré par de jeunes êtres plein de vigueur.

C’est Amélie qui regagna le couloir de la voiture la première et se dirigea vers le bar où le barman avait planté une bougie.

- Où étais tu passée, je te cherche depuis tout à l’heure il y en a qui ont réclamé de l’eau.

- J’ai eu un coup de barre je me suis allongée un peu sur le sol de la nurserie, je savais qu’il n’y avait pas de bébé à bord.

- Ca va mieux ?

- Oui, j’ai un peu mal aux reins mais ça va passer.

- Je pense que le chef va faire une annonce sans tarder une loco diesel va nous tracter jusqu’à Arras.

Elle appela Gérard qui ne s’inquiétait pas trop, il n’avait pas vu le temps passer, accroché à sa console.

Finalement le convoi pu regagner Arras, où les voyageurs qui le souhaitaient furent dirigés à l’hôtel, mais certains restèrent dans le train où le courant avait été rétabli sur la voie de garage.

Il était environ 22 heures, Jean Patrick avait put joindre depuis le train une permanence d’Europcar et demandé une voiture de location qu’il avait réceptionné peu de temps après son arrivée à Arras. Il avait invité Amélie à rentrer à Paris avec lui. Cette dernière avait un peu bataillé pour faire signer au chef de train son bon de fin de mission mais finalement elle put faire le retour avec son soupirant.

Il avait du mal à la tutoyer, sa culture un peu bourgeoise ne l’avait pas trop habitué à cela mais il osa.

- Tu sais que je monte à Amsterdam au moins une fois par semaine mais souvent deux, ce serait bien que l’on se revoit non !

- Oui tu sais que j’aimerais bien mais moi je ne suis pas toujours affecté au Talys, si tu veux on pourrait se revoir autrement si tu veux bien me laisser le temps de régler mon problème d’appartement.

Amélie prit le temps de lui faire part de son idée de chercher un logement car celui où elle logeait était à son copain qu’elle voulait quitter. Jean Patrick se proposa aussitôt de l’héberger le temps qu’elle trouve quelque chose ou peut-être même un peu plus longtemps si elle le souhaitait.

Aucun engagement ne fut pris mais Jean Patrick nota l’adresse où il la déposa, ils échangèrent leur numéro de mobile et après un gros baiser et d’une étreinte très sage, Amélie quitta la voiture pris sa valisette dans le coffre et s’engouffra dans le hall du petit immeuble elle se mit à gravir l’escalier qui la conduisait au second étage. Au premier palier elle s’arrêta pour souffler un peu mais s’adossant au mur près de la minuterie elle commença à nouveau à murmurer la chanson de Souchon :

 

- Je chante un baiser

- Je chante un baiser osé

- Sur mes lèvres déposé

- Par un inconnu que j’ai croisé

- Je chante un baiser ! Nanana nana ! Nanana nana !

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 21:26

 

 

Bonjour à tous.

J'ai créé ce blog en janvier 2008, à ce jour

- 18 000 visiteurs l'on consulté.

- 40 000 pages ont été vues

- j'ai écrit 1018 articles, et reçu d'inombrables commentaires.

 

Vous n'imaginez pas la fierté que j'en ai ressenti, moi le petit scribouillard quand mon BR avait atteint le chiffre 70, je planais ... j'y croyais et sans savoir pourquoi, mon égo ne touchait plus terre.

 

Un certain nombres d'évennements ont perturbé depuis trois mois la continuité de mes articles qui de toute façon n'étaient plus écrit avec l'exaltation que j'avais connue surtout en 2009.

 

Je ne reviendrais pas sur mon désarroi politique, sur mon incompréhension d'une telle division de la gauche, de son incapacité à créer une unité et un programme crédible.

 

Tous ces guignols sont en train de laisser à Le Pen et Sarko un boulevard à sens unique, la multiplicité des candidats ne laisse aucune chance à la gauche d'être au 2° tour.

 

Alors qu'il fassent tous leur politique sans moi, que la bande à Sarko continuent de démolir le service public et le reste  que la gauche se divise encore un peu (quand on voit qu'un Chevènement fera partie de la clique quelle misère)que les médias ne cessent de prêcher pour un DSK, que la Télé continue à nous déverser des princes à marier, des faux ben Laden passés par les armes et coulés au large du Pakistan. Tout cela ne m'interesse plus, que la moitié du Japon soit contaminé pour des décennies ( ils y avaient goutté en 1945) que Kadafi et les lybiens se foutent sur la gueule, et les syriens et les Yéménites, les Iraniens fassent leur révolution m'indiffére un peu moins car j'espère qu'un de ces jours quand les français, et certains européens en auront suffisament marre s'inspireront du peuple courageux de ces pays, pour liquider tous ces seigneurs de la finance, tous ces politiciens pourris, ces énarques en cravate et tous ces voyous en col blancs impunis. 

 

Mais qu'à cela ne tienne je suis encore là, je refléchi a d'autres sujets de polémique, humoristiques, des nouvelles érotiques et de fiction, enfin plein de sujets dont certains me raméront innéluctablement vers la vie politicomédiatique de notre pauvre pays.  A bientôt sur mes lignes. JG.


 


 


Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 21:16

a.jpg

6a00d83451d47569e200e54f3ebb3b8834-800wi.gif

Commentaires:

Il y a des jours où je ne sais plus trop à quel  saint me vouer!

Il y a quelques extrêmes où je ne m'aventurerais pas , quoique!! tout cela me semble t-il prêche pour sa paroisse mais il y a des leaders de parti qui disent le contraire de ce qu'ils pensent et qui n'hésitent pas à trahir leurs électeurs en se raliant sans vergogne aux thèses d'un soi disant adversaire.

Ainsi à " droite" de la droite ,la blondasse des lepenistes prêche pour un programme social presque mieux que ce que souhaitent les socialistes. Elle surfe sur les affaires peu ragoutantes ( et tombées dans l'oubli) des Woerth, MAM, les dépenses somptueuses du monarque et ses exentricités, sans  oublier bien sûr  les aboiments racistes et xénophobes qui sont par ailleurs son principale fond de commerce.

Ainsi à gauche de cette droite dangereuse et nauséabonde, figurait il y a encore quelques années une droite Républicaine qui affichait sans complexe ses dérives sociales et économiques et  chargée par son mémaitre de démolir systématiquement le service public, mais gardait ses distances avec les fachistes et xénophobes représentés par le FN. Or voilà que plusieurs parlementaires se làchent pour l'instant avec modération dans les couloirs de l'assemblée Nationale où au cours de raouts dans leur circonscription, fustigeant l'Islam, et ceux qui le pratiquent, ou pire comme un certain ministre qui , dans ses discours pétainistes est tellement proche de Le Pen que la Marine lui a offert une carte d'honneur du FN.

Que dire des Borlo qui se voit déjà président, à moins que sa stratégie de la diversité soit une tactique pour regrouper des centres dilués qui feraient l'appoint dans le cas d'un duel UMp socialiste ou Sarko Le Pen,

Villepin où est-il lui? à droite c'est sûr mais son programme social ne lui va pas, il combat Sarko mais c'est très personnel.

Oh! Il y en d'autres à droite ou au centre mais au final on sait très bien où iront leurs suffrages.

A Gauche ça devient compliqué aussi, on a essayé de nous vendre depuis plusieurs mois un DSK  sans aucun programme ,qui est un socialiste pur droite ami de Sarko. Tout à coup on nous présente un Hollande tout frétillant qui serait beaucoup plus intéressant parce qu'il à perdu 10 ou 15 kilos que pourvu d'idées novatrices pour assurer un changement de politique.

La Martine, elle me fait rire. Bon! elle a pris un peu d'envergure, mais le programme du parti socialiste même s'il n'est pas parfait devrait être présenté et asséné beaucoup plus violemment,. Là c'est toujours du bout des lèvres, c'est distillé avec une parcimonie de viel avare.

Ségolène Royal à moins d'un revirement soudain, ne me semble plus être dans la course, même si aux primaires elle ne sera pas facile à dégommer, et de plus je ne suis pas loin de penser qu'elle pourrait créer une scission, et prendre sa revanche de toutes les crasse que le parti lui a faites.

Il reste un certain Mélenchon, qui fait une campagne intelligente,  je trouve, violente comme il faut, utopique raisonnée. Son problème reside dans les médias qui ne lui feront aucun cadeau.

Les communistes , les pauvres, ils ont ralié Mélenchon il valait mieux parce que c'en était fini.

Ce n'est pas facile d'être électeur de nos jours. JG.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 21:38

 

 

 

 Sarkozy dans la Drôme

 

 

 

 

Lettre d'un commandant de gendarmerie (il ne signe pas sinon ce
> > > > serait
> > > la Cour Martiale !!) :
> > > > Ce mardi 03 mars à 11h00, l'empereur SARKOZY était chez nous, dans
> > > > la
> > > Drôme...
> > > > A l'heure des économies, à l'heure où il faut se serrer la ceinture,
> > > > il
> > > aura encore "claqué des millions d'euros pour sa propagande !!!
> > > > 1265 gendarmes déployés !!! Oui, vous avez bien lu 1265 !
> > > > Nous montons la garde 24h/24 à l'aérodrome de Chabeuil et à la gare TGV.
> > > Son altesse ne voulant pas venir en Falcon , il vient en Airbus (plus
> > > spacieux et nettement plus "digne" de son rang, du moins le pense-t-il).
> > > Seulement, il n'y a pas de rampe pour le faire descendre de l'avion ; ce
> > > n'est pas grave, on en fait venir une, vite fait, par convoi exceptionnel
> > > depuis Lyon !!!
> > > > Ce soir, je prends le boulot à 19h30, jusqu' à demain 15h30... C'est
> > > > ma
> > > 3ème nuit !
> > > > Pour ne pas être gêné , l'Empereur aura la voie rapide Valence/ Romans
> > > coupée dans les deux sens pendant 30 mn.
> > > > (60 voitures d'usagers de la SNCF (sur son passage) seront mises à la
> > > fourrière, elles génaient !).
> > > > Et si jamais il y avait un contretemps, ce ne serait pas grave : un
> > > > hélico
> > > Puma est tenu à sa disposition avec son hélico Gazelle en appui....
> > > > Il va donc aller faire le beau sur deux sites (Ecole de
> > > Chatuzange-le-Goubet et Salle polyvalente d'Alixan) et pour se faire
> > > mousser, il a invité 3000 personnes à un petit vin d'honneur avant de
> > > remonter dans son avion à 14h00. Je vous laisse faire le calcul de la
> > > facture à l'adresse des contribuables que nous sommes...
> > > >
> > > > Dire que la France est au bord de la faillite et lui, il nous met une
> > > balle dans la nuque !
> > > > En 26 ans, j'en ai fait des services de ce genre (sous Mitterrand et
> > > > sous
> > > Chirac) mais jamais je n'ai vu un tel déploiement et surtout un tel coût !
> > > > Pour info, c'est une évidence, mais il est bon de le dire... au
> > > > moindre
> > > sifflet, au moindre tag , à la moindre banderole hostile, le préfet saute
> > > ainsi que le Commandant de Groupement de gendarmerie...Pauvre France, nous
> > > sommes tombés bien bas avec un tel petit Monsieur !
> > > > Bonne nuit à tous. Je suis non seulement écoeuré mais révolté que tant
> > > d'argent soit claqué et que les voitures de mon service affichent 250.000 km
> > > au compteur ...
> > > >
> > > > Signé : Un "presque" vieux commandant militaire de la Gendarmerie, qui
> > > > en
> > > a pourtant vu d'autres et c'est peu de le dire !!!!!!
> > > > A diffuser largement :
> > > > Car n'oubliez pas , "il faut travailler plus , parcequ'il n' y a plus
> > > d'argent dans les caisses".......
> > >
> > >
> > > ----------------------------------------------------------------------
> > >commentaires: Que dire de cela , que ce commandant de gendarmerie a beaucoup de mérite, assurément, mais cela confirme un peu ce que je pense, le jour où la balance va pencher du mauvais côté pour Sarko, il n'aura pas que le peuple contre lui. JG.

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 20:55

 

 

 

la_rupture

 

 

 Sarkozy devrait-il démissionner ?

 

 

 

Nous sommes à mon avis à un tournant crucial du quinquenat de Sarkozy. Chacun sait parfaitement que les derniers mois d’exercice d’un Président de notre République sont toujours laborieux, mais contrairement à certains de ses prédécesseurs ici ce n’est pas l’usure du pouvoir qui a accéléré la chute des sondages,  ce n’est pas l’opposition, elle est juste là pour critiquer des décisions du bout des lèvres sans apporter réellement des propositions pour faire avancer la démocratie.

Non c’est autre chose de plus pernicieux. Sarkozy à commencé à creuser son tombeau les jours qui ont suivi son élection à la tête du Pays.

Il a commencé par inviter dans son gouvernement un certains nombre de personnalités ne faisant pas partie du sérail umpiste : Kouchner, Amara, Hirsch, etc… Cela, une certaine droite ne l’a jamais digéré. Il a enrolé aussi quelques centristes, Borlo , Mercier. Puis Fréderic Mitterand qui a encore fait rugir bon nombre de députés et ministres Ump. Un petit apparté pour Besson « le traitre ». La gent politique n’aime pas les transfuges à ce point là, elle n’a pas aimé le zèle obséquieux appliqué aux  expulsions violentes et désordonnées des roms et autres gens du voyage et immigrés de tout bord.

En son temps, alors que suite a des manifs, des grèves certains criaient Sarko démission, j’avais dit humblement que compte tenu de la composition de l’assemblée nationale Sarkozy ne cèderait en rien aux rares injonctions de l’opposition, qu’il ne risquait en aucun cas une motion de censure et donc que seule la droite pouvait forcer le Chef de l’Etat à démissionner.

Tout cela ce sont les moindres raisons des débuts des ronchonnements d’une partie de ses soldats, qui avaient battu campagne avec promesse d’un petit maroquin pour certains.

Les autres raisons de cette dégringolade chacun les connais je dirais pour faire sobre :

L’envoi de troupes en Afghanistan ( plus de 50 morts déjà)

Les affaires troubles et même boueuses de Béthencourt, Woerth, Bannier.

La vente glauque de l’hippodrome de Chantilly et de plusieurs dizaines d’hectares de la Forêt qui va avec. (Woerth soutenu par Sarko pendant plusieurs mois puis forcément viré lors d’un semblant de remaniement.

L’affaire Clarstream.

Les casse-toi pov,con et autres égarements

Les promesses non tenues ( Je ne vous trahirais pas)

La violence, et pas seulement dans le 9 3 , les suppressions de plus de 100 000 emplois d’agents de la fonction publique etc.

Puis plus récemment MAM  et les Tunisiens ( soutenue par Sarko pendant plus d’un mois avant de la virer)

Les dépenses inconsidérées du Président et de certains de ses ministres.

Le chômage (plus d’un million de chômeurs de plus en quatre ans). Les lois bidon sur le Logement opposable, le pris exorbitant des loyers dans Paris et les grandes villes (il manque plus de 500 000 logements dits sociaux)

Enfin la loi sur la retraite à 62 ans, provoquant des manifs monstres aux quelles Sarkozy est resté sourd.

Les déficits, budgetaires, balance commerciale, publics etc..

 

Le dos de la crise ne suffit plus à porter tout cela. Les médias sont encore un peu réticents, mais on voit quelques pages, quelques éditos, même quelques hebdos qui commencent à s’inquiéter. Ils réveillent du même coup les députés les plus chiraquiens qui aimeraient bien faire danser le petit homme. Les centristes qui ont payé cher leur allégeance au monarque ne sont plus tout à coup aussi zélés pour débattre sur la laïcité. Ils se demandent aussi pourquoi nous ne sortons pas du bourbier Afghan, et enfin le piège Libyen au sujet duquel plusieurs s’interrogent sur l’opportunité du président va t-en guerre.

Tout cela pourrait bien précipiter une présidentielle avant l’heure, qui comme en 2002 pour Chirac, assurerait pratiquement la réélection de Sarko s’il se trouvait en lice contre Le Pen au 2° tour, surtout si l’on tient compte que la gauche n’a encore pas été fichue d’avoir un candidat prêt à en découdre dans le cas d’une campagne présidentielle qui serait forcément très courte. JG.    

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 20:54

Kadhafi à Sarkozy



Une amazone au colonel :
« Colonel, vous voulez vraiment que je transmette votre télégramme à l’AFP ?
Et vous tenez vraiment à ce que je le transcrive phonétiquement ? »
Le télégramme…
« A Nicolasse i son ispice de conasse
Bien fit pour ta race et sa race
Ispice di double face
Ti vo prendre ma place
Ti n’a ucune classe
Ti m’a diçu, ispice de trainasse
T’as perdou deux cantons, pitit con
Avec li front d’en face
Bien fit pour ti, ti as perdou li Var i carpentras …
(ah oui, vous voulez parler du Var et du Vaucluse !)
Elle t’a chié dissus, l’ispice de blondasse
Vas-y… Rigarde-moi en face
Ti ti prends pour qui ?
Pour le roi de la casse
Ti vraiment à la masse
Ti n’a ni bitrole, ni idi, pitite limace
T’as signé un pacs avec Cameron Diaz la pitasse
Ti va bientôt avoir la chiasse
Et ji si toujours le dernier à tirer la chasse
Pirquoi ti me fais ces crasses
Ti as oublié toutes les liasses
Ispice d’ingrate, de grognasse ti va boire bientout la tasse ! »
Cette entrée a été publiée dans Cela dit. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentaires: juste pour dire que je n'ai pas pu inserer la video qui va avec, vous pouvez la voir sur le blog " Le journal de personne" rubriques vidéo.C'est à mourir de rire et d'une rare intelligence. JG. merci aussi à Fred chez qui j'ai trouvé le lien. JG.

Une réponse à Kadhafi à Sarkozy

Repost 0
Published by Jean Georges
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 00:01

 

 

J.P. Chevènement a du péter un plomb, je vous donne ici le titre de son papier qu'il vient de publier dans Marianne de cette semaine:

 

" Seul un candidat capable d'occuper l'espace allant de Mélenchon à Villepin offrirait à notre pays une perspective crédible de refondation"

 

 

 

Mes commentaires: Merci à Marianne pour cet article qui en dit long sur la volatilité de l'esprit de l'homme.

 

 

 

Cet article de ce vieux faiseurs de paradis ne m'inspire qu'un pitoyable dédain.

Ce monsieur, je l'affirme ici est le principal responsable de la défaite de la gauche en 2002, il a aussi participé indirectement à l'avènement de sa Seigneurie Sarkozy en 2007, dont il approuve de temps à autre les actions.

Aujourd'hui encore je n'ai aucune retenue pour dire que ce vieux croûton ( je suis vieux aussi , 2 ans de plus que lui) regagnerait un peu de ma sympathie à s'occuper de ses rosiers au lieu de revenir refaire le monde en politique. N'ai-je pas entendu ou lu quelque part qu'il pourrait encore en 2012 être candidat. On crois rêver non !

Croyez-vous honnêtement que cet homme mis à part ses coups de gueule dans le vide ( quand on est ministre on démissionne ou on ferme sa gueule) ait eu un jour une politique unitaire de gauche , ait permis un jour à la gauche d'avancer sur la voie de la véritable démocratie républicaine . On va me dire oui! il a fait des lois et s'est occupé de l'immigration et et de sans papiers du temps où il était ministre de l'interieur,. Il a aussi soutenu Ségolène Royal du bout des lèvres en 2007, très bien!  On est bien d'accord ce n'était ni Hortefeux ni Guéant , mais pour le reste c'est un diviseur de parti, qui n'a jamais accepté de respecter l'unité du PS ou de la gauche . L'unité la seule arme dont dispose la gauche pour battre Sarko et Le Pen , Ce rassemblement indispensable pour vaincre les voyous qui nous gouvernent ( ou ceux qui risquent d'arriver) est aujourd!hui encore une fois battu en brêche par des diviseurs des saboteurs, des adeptes de la pensée unique.

Oui je pense à Mélenchon ,que par ailleurs j'aime  bien, pour aussi ses coups de gueule, ses idées pas toutes idiotes, ses utopies de campagne électorale ( Qu'ils s'en aillent tous) il faut raison garder la démocratie ce n'est pas tout à fait ça. En 2012 si le PS est 3° au premier tour, (ce qui tout à fait possible et même probable) il ne faudra pas aller chercher plus loin pour trouver le saboteur.

Qu'un élu ne soit pas entièrement d'accord avec la ligne politique de son parti, c'est tout a fait normal et même honorable jusqu'à un certain point, mais pour un scrutin majeur jamais un parti divisé n'a gagné une présidentielle dans le cadre des institutions de la 5° République.

Croyez-vous que Mitterand en 81 aurait gagné sans le PC de l'époque, qui je le rappelle faisait 15% de voix, ( c'est autre chose que le 7 ou 8% de voix du Front de gauche et du PC réunis).  JG.

Repost 0
Published by Jean Georges - dans ecrire
commenter cet article

Présentation

  • : le blog de Jean Georges
  • le blog de Jean Georges
  • : Ecriture des " Mémoires d'un spahi" Actualités, peepole, humour, liberté, photos liberté
  • Contact

Profil

  • Jean Georges
  • Je suis un retraité...veinard, j'aime la vie, les voyages au soleil, le Saint Emilion, la littérature (18 et 19°), mafemme Camille  je suis fan invétéré de San Antonio ( alias Frédéric Dard) j'aime aussi internet, les blogs, etc...
  • Je suis un retraité...veinard, j'aime la vie, les voyages au soleil, le Saint Emilion, la littérature (18 et 19°), mafemme Camille je suis fan invétéré de San Antonio ( alias Frédéric Dard) j'aime aussi internet, les blogs, etc...

Recherche